BFMTV

Une danseuse du ballet britannique refuse de porter des collants roses, inadaptés à sa couleur de peau

Des danseurs du Ballet national anglais jouent "Le Lac des Cygnes", le 2 août 2012 lors des Jeux Olympiques. (Photo d'illustration)

Des danseurs du Ballet national anglais jouent "Le Lac des Cygnes", le 2 août 2012 lors des Jeux Olympiques. (Photo d'illustration) - Thomas Coex - AFP

La danseuse américaine Precious Adams a pris la décision de ne plus porter de collants roses qui contrastent avec sa peau noire.

Precious Adams a consacré sa vie à la danse. Alors quand la danseuse du Ballet national anglais remet en question la tenue traditionnellement demandée aux ballerines, ce n'est pas par dédain de l'art. Cette jeune femme de 23 ans, originaire du Michigan, a pris la décision de ne plus porter de collants roses qui contrastent avec sa peau noire, comme il l'est parfois exigé.

"Cela change l'esthétique. Il faut qu'il y ait une continuité entre le haut et le bas de votre corps, et il y a une grande rupture si je porte des collants roses", explique-t-elle à l'Evening Standard.

"Cela gâche ma silhouette"

"Quand j'étais étudiante, je ne pensais pas vraiment à l'uniforme. C'étaient juste des collants roses et des chaussures roses. Mais quand je suis devenue professionnelle, ça n'avait plus aucun sens", a-t-elle détaillé. Tout le monde n'est pas d'accord avec la danseuse, concède-t-elle pourtant au quotidien britannique. 

"Ils disent 'Mais les collants roses font partie de la danse classique. (...) Ils croient que si je porte des collants marrons avec un tutu, ça a quelque chose d''incorrect'. Mais je veux me présenter de la meilleure façon qui soit sur scène. Je vois les couleurs et je trouve que cela gâche ma silhouette", fait valoir Precious Adams.

A 16 ans, elle a rejoint le Ballet du Bolchoï où elle a fait face à des comportements racistes, a-elle relaté quelques années plus tard au Moscow Times. Elle racontait alors qu'un professeur lui avait suggéré de se blanchir la peau et qu'elle avait été écartée de certains rôles.

Precious Adams précise qu'elle peut aujourd'hui compter sur le soutien de la directrice artistique du Ballet national anglais Tamara Rojo, notamment sur son choix de collants. "Les temps changent, c'est une évolution naturelle de remettre en question ce genre de choses", analyse l'Américaine.

L.A.