Mis à jour le
Aung San Suu Kyi, en février 2018.
 

Pointée du doigt pour son manque de compassion à l'égard des Rohingyas et pour son silence sur le rôle de l'armée dans cette crise, la dirigeante birmane s'est vue retirer un prix reçu en 2012 de la part d'un musée de Washington. 

Votre opinion

Postez un commentaire