BFMTV

Un manifestant meurt au Cachemire indien, le premier connu depuis la révocation de l'autonomie

Des manifestants au Cachemire indien

Des manifestants au Cachemire indien - Prakash SINGH / AFP

Après un black-out total dans la région du Cachemire indien dû à la révocation de son autonomie par New Dehi, un manifestant est mort après avoir été pourchassé par la police.

Une source policière locale a annoncé ce mercredi la mort d'un manifestant après avoir été pourchassé par la police au Cachemire indien, dont New Delhi a révoqué l'autonomie. Un black-out total est imposé depuis plusieurs jours.

Cette mort est la première annoncée depuis que le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a révoqué lundi par décret présidentiel l'autonomie constitutionnelle du Jammu-et-Cachemire (nord). Il a fait voter sa dislocation par le Parlement indien, au risque d'embraser cette région en proie à une insurrection séparatiste.

Malgré un lourd déploiement sécuritaire et des interdictions de déplacement et rassemblement, les habitants de la grande ville de Srinagar ont fait état de manifestations sporadiques.

Mort car il "a sauté dans la rivière Jhelum"

Un responsable de la police s'exprimant sous anonymat a déclaré qu'un jeune protestataire poursuivi par le police "a sauté dans la rivière Jhelum et est mort". Les faits sont survenus dans la vieille ville de Srinagar, un bastion de la contestation contre l'Inde que de nombreux habitants du Cachemire perçoivent comme une force d'occupation.

Pour les autorités indiennes, la région est calme 

Le Cachemire reste coupé du monde mercredi, tous les moyens de communication étant bloqués par le gouvernement indien depuis dimanche soir. Un silence plane sur Srinagar ces derniers jours, les rues désertes présentant l'aspect d'une ville fantôme. Toutes les boutiques sont fermées. Des soldats armés tiennent des barrages de barbelés. Seuls les pigeons et les chiens errants se déplacent librement.

Des manifestations sur place ont fait au moins six blessés, selon des informations fragmentaires. Un hôpital de la ville de Srinagar a reçu six personnes présentant des blessures par balles ou d'armes non létales, a indiqué un responsable médical de l'établissement. Les autorités indiennes assurent que la situation est calme dans cette région montagneuse disputée avec le Pakistan.

Alexandra Jaegy avec AFP