BFMTV

Un Français rachète une villa d'Escobar pour la détruire et y trouver de l'argent

Christian Mahé de Berdouaré devant la maison qui cache peut-être un trésor.

Christian Mahé de Berdouaré devant la maison qui cache peut-être un trésor. - Diego Urdaneta - AFP

Un Français vivant aux États-Unis a racheté pour 10 millions de dollars une ancienne villa du baron de la drogue colombien située à Miami. Son intention? La détruire pour y trouver de l'argent, de l'or, des bijoux ou même… des corps.

Christian Mahé de Berdouaré est un Français de 58 ans installé à Miami, aux États-Unis. A la tête d'une chaîne de restaurants, ce millionnaire rachète en 2014 une ancienne maison de Pablo Escobar pour 10 millions de dollars, l'équivalent de 9.2 millions d'euros. En rachetant cette villa du très courtisé quartier de Miami Beach, il a un projet: la détruire pour y chercher de l'argent.

Le 11 janvier 2016, il entame les travaux de démolition et précise à l'AFP: "Nous avons réuni une équipe, nous avons eu des gens très différents avec des détecteurs de métaux, sonars et toutes sortes d'autres appareils pour savoir si quelque chose est caché."

>> Découvrez ces villas à louer parmi les plus chères du monde

L'ancienne maison de Pablo Escobar va être détruite
L'ancienne maison de Pablo Escobar va être détruite © Diego Urdaneta - AFP

On peut trouver n'importe quoi

La fortune de Pablo Escobar était estimée à 25 milliards de dollars. Le baron de la drogue colombien était à la tête du cartel de Medellin, en Colombie. Dans les années 1980, il était le premier exportateur de cocaïne vers les États-Unis. Perpétuellement recherché par la police, le narcotrafiquant avait pour habitude de cacher sa fortune dans les murs de ses nombreuses villas du monde entier.

"Il peut y avoir du cash, de l'or, des bijoux, des corps – on peut trouver n'importe quoi", croit savoir Christian Mahé de Berdouaré.

Les fouilles pourraient prendre entre deux et trois semaines. Une fois démolie, le nouveau propriétaire a déclaré vouloir construire une maison encore plus imposante.
Antoine Caupert avec AFP