BFMTV

Un élu de New York évoque l'idée d'enterrements dans un parc

Des New Yorkais patientent avant de pouvoir faire des courses - Al Bello

Des New Yorkais patientent avant de pouvoir faire des courses - Al Bello - Getty Images North America - Getty Images via AFP

Le nombre de morts à New York a explosé depuis 10 jours pour atteindre 2.475 ce lundi matin.

New York pourrait avoir bientôt besoin d'enterrer temporairement ses morts de la pandémie de coronavirus dans un parc municipal, faute de capacités suffisantes dans les morgues, a indiqué ce lundi un élu municipal.

Alors que le nombre de morts dans la capitale économique américaine, épicentre de l'épidémie, a explosé depuis 10 jours pour atteindre 2.475 ce lundi matin, Mark Levine, qui représente le nord de Manhattan, a indiqué sur son compte Twitter que seraient bientôt réalisés des "enterrements temporaires".

"Cela se fera probablement en utilisant un parc municipal pour les enterrements (oui, vous avez bien lu). Des tranchées seront creusées pour des rangées de 10 cercueils", a-t-il ajouté.

Une solution de secours

Cette information frappante a immédiatement été relayée sur les réseaux sociaux et les médias new-yorkais. Poussant Mark Levine à "clarifier" et expliquer que l'utilisation d'un parc n'était qu'un plan de secours, "qui ne sera pas utilisé si le nombre de morts diminue suffisamment" dans les prochains jours.

Le maire de New York, Bill de Blasio, avait, un peu plus tôt évoqué des "enterrements temporaires" pour "tenir jusqu'à la fin de la crise". "Nous n'en sommes pas là, je ne vais pas entrer dans les détails", avait-il ajouté lors d'un point presse.

Les morts ne sont pas seulement en hausse dans les hôpitaux, a souligné Mark Levine. Avant la crise, 20 à 25 personnes décédaient quotidiennement à leur domicile à New York. Maintenant, c'est 200 à 215, selon cet élu. 

Les pompes funèbres débordées

Des responsables de pompes funèbres ont confirmé être débordés. Des camions réfrigérants sont désormais parqués devant de nombreux hôpitaux new-yorkais, pour pouvoir conserver les corps en attendant que les pompes funèbres puissent venir les chercher.

Cy.C avec AFP