BFMTV

Un avion transportant 43 personnes s'écrase en Afghanistan

UN AVION S?ÉCRASE PRÈS DU COL DE SALANG AU NORD DE KABOUL EN AFGHANISTAN

UN AVION S?ÉCRASE PRÈS DU COL DE SALANG AU NORD DE KABOUL EN AFGHANISTAN - -

KABOUL - Un appareil de la compagnie locale Pamir Airways avec 38 passagers et cinq membres d'équipage à son bord s'est écrasé lundi en...

KABOUL (Reuters) - Un avion de la compagnie afghane Pamir Airways avec 38 passagers et cinq membres d'équipage à bord s'est écrasé lundi en Afghanistan, annoncent les autorités.

L'appareil effectuait une liaison entre Kunduz, dans le nord du pays, et la capitale, Kaboul, lorsqu'il a disparu des écrans de contrôle, vers 08h00 (03h30 GMT).

"Je peux confirmer qu'un appareil transportant 38 passagers et cinq membres d'équipage s'est écrasé quelque part dans le col de Salang", au nord de Kaboul, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, disant tenir l'information de la compagnie aérienne. Le communiqué de Pamir Airways précise qu'il y avait plusieurs étrangers à bord, a-t-il ajouté.

Les forces sous commandement de l'Otan ont été sollicitées pour tenter de localiser l'appareil à l'aide de drones.

Selon le secrétaire d'Etat chargé de l'aviation civile et des transports, Raaz Mohammad Alami, il y avait six étrangers à bord de l'Antonov 24. On ignore leur nationalité. L'un des passagers afghans appartenait au personnel de GTZ, une organisation humanitaire allemande, a dit à Reuters le responsable local de l'agence allemande d'aide au développement.

Le col de Salang, sur la route entre Kaboul et le nord de l'Afghanistan, est à une centaine de kilomètres de la capitale et à 3.400 m d'altitude. On ignore la cause de l'accident, mais le temps était couvert et pluvieux aux alentours de la capitale.

Pamir Airways est l'une des trois principales compagnies privées afghanes. Elle effectue essentiellement des trajets à l'intérieur du pays.

Golnar Motevalli, avec Mohammad Hamed à Kunduz, Grégory Blachier et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser