BFMTV

Ukraine: six civils tués lors de combats à Donetsk, processus de paix menacé

Six civils sont morts lors de combats à Donetsk, ici dimanche, dans l'est de l'Ukraine.

Six civils sont morts lors de combats à Donetsk, ici dimanche, dans l'est de l'Ukraine. - Philippe Desmazes - AFP

Ce sont les pires pertes civiles depuis l'instauration d'un cessez-le-feu précaire dans l'est de l'Ukraine. Le cessez-le-feu scellé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes prorusses pour mettre fin à cinq mois de conflit qui ont fait au moins 2.700 morts est violé quasi quotidiennement.

Six civils ont été tués lors de combats entre l'armée et les rebelles à Donetsk, les pires pertes civiles depuis l'instauration d'un cessez-le-feu précaire dans l'est de l'Ukraine, alors que débutent des exercices militaires avec la participation de 15 pays, dont les Etats-Unis.

Le cessez-le-feu scellé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes pro-russes pour mettre fin à cinq mois de conflit qui ont fait au moins 2.700 morts est violé quasi quotidiennement. Les habitants de certaines localités proches de Donetsk dénoncent, eux, une trêve fictive.

Duel à l'artillerie lourde

"Six civils ont péri lors des hostilités" lors des dernières 24 heures, a indiqué l'adjoint au maire du fief rebelle de Donetsk, Kostiantyn Savinov. Dans un communiqué, la marie de Donetsk a ensuite annoncé que quinze civils avaient été blessés.

Des journalistes de l'AFP ont été témoins dimanche d'un intense duel à l'artillerie lourde -avec des points culminants d'une vingtaine de tirs par minute- du côté de l'aéroport de Donetsk, sous contrôle des forces armées ukrainiennes. Tandis que les rebelles tiraient à partir des zones d'habitation, les forces armées ukrainiennes ripostaient de l'aéroport.

Alors que n'avaient pas été commentés officiellement de précédents assauts rebelles rapportés par l'armée depuis la trêve, notamment à Marioupol la semaine dernière, Kiev a pour la première fois accusé dimanche les séparatistes de menacer le processus de paix en tirant sur les positions des forces armées ukrainiennes.

"Préoccupation" sur les violations du cessez-le-feu

Lors d'une conversation téléphonique dimanche soir entre le président ukrainien Petro Porochenko et la chancelière allemande Angela Merkel -la première depuis le début de la trêve-, les deux dirigeants ont évoqué leur "préoccupation" sur les violations du cessez-le-feu.

Cette trêve est considérée avec méfiance par les Occidentaux qui la jugent insuffisante pour garantir une paix durable. Ils considèrent aussi avec prudence l'engagement du Kremlin à trouver un règlement pacifique à la crise, qui a suscité les pires tensions depuis la fin de la Guerre froide. Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de jouer un rôle actif auprès de la rébellion prorusse par l'envoi d'armes et de soldats de ses troupes régulières - preuves satellitaires de l'Otan à l'appui -, ce que Moscou dément. Kiev a promis une plus grande autonomie aux régions russophones de l'Est tandis que les rebelles réclament l'indépendance. 

Deux cents parachutistes américains

Dans ce contexte, et en signe de soutien aux dirigeants proeuropéens de Kiev, des unités de 15 pays, dont les Etats-Unis, ont commencé des manoeuvres militaires baptisées "Rapid Trident 14". Prévues de longue date, elles se déroulent notamment près de Lviv, dans l'ouest du pays. L'annonce de cet exercice début septembre - qui n'est pas organisé par l'Otan - avait été faite par Varsovie le jour même où le président Barack Obama réaffirmait que l'Alliance restait ouverte à de nouveaux membres, alors que Kiev a récemment fait part de ses velléités atlantistes.

Deux cents parachutistes américains participent à ces exercices, premier déploiement de troupes américaines en Ukraine depuis le début du conflit dans l'est en avril. Le ministre ukrainien de la Défense, Valeriy Geleteï, a indiqué dimanche que des Etats membres de l'Otan avaient commencé à envoyer des armes à l'Ukraine. Une précédente affirmation de Kiev en ce sens avait été démentie par les Occidentaux. Un responsable au sein de l'Otan n'a ni confirmé ni démenti "car de telles livraisons sont effectuées de façon bilatérale", entre pays membres de l'Alliance et l'Ukraine.

M. K. avec AFP