Mis à jour le

Selon le président de l'association des tours opérateurs, les violences tribales post-électorales au Kenya justifient pas pour l'instant un rapatriement des touristes étrangers présents sur place.

Votre opinion

Postez un commentaire