Fumée à la suite d'une frappe sur le village syrien de Kafr Ein, dans la province d'Idlib, le 2 mai 2019.
 

"Aucune option militaire n'est acceptable", a tweeté Emmanuel Macron, après une vague d'attaques ayant détruit plusieurs hôpitaux et tué des civils dans la province d'Idleb, en Syrie.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire