BFMTV

"Tenez-vous prêts", l'intrigant appel de Trump aux suprémacistes blancs

L'actuel président américain a été plus qu'hésitant, au moment de condamner les actes de plusieurs groupes considérés comme proches de l'extrême-droite.

Au milieu des invectives et autres attaques personnelles qui ont émaillé le premier débat qui opposait Donald Trump et Joe Biden à plus d'un mois de la présidentielle américaine, une phrase en particulier a retenu l'attention.

"Stand back and stand by"

Alors qu'était abordé le thème des tensions sociales et raciales qui secouent les États-Unis depuis plusieurs semaines, en particulier dans des villes comme Portland, l'actuel président a été appelé à condamner le suprémacisme blanc, qui gangrène le pays.

Tout d'abord hésitant, le locataire de la Maison-Blanche a assuré qu'il était du côté de "la paix" avant de souligner que selon lui, les violences venaient "de l'aile gauche, pas de la droite." Devant l'insistance de Joe Biden et du modérateur du débat Chris Wallace, qui lui soumettent le nom des Proud boys, une organisation masculine proche de l'extrême-droite, Trump lâche alors:

"Proud Boys? Stand back and stand by", "Proud Boys, reculez et tenez-vous prêts", en version française.

"Un appel au terrorisme domestique"

Une sortie aussi énigmatique que menaçante, alors que Donald Trump a menacé à plusieurs reprises de ne pas valider les résultats du futur scrutin, qui selon lui seraient entachés de fraudes. Si son fils Donald Trump Jr. a dans la foulée assuré, sur la chaîne CBS, qu'il s'agissait d'un lapsus, la phrase a rapidement été reprise sur les réseaux sociaux.

Ainsi, plusieurs observateurs y voient une invitation, un appel aux armes, pointant que les membres de plusieurs groupes affiliés aux Proud Boys sont "comme des fous" ("are going wild") depuis la fin du débat.

Pour de nombreux internautes, au-delà des insultes et du fond du débat, cette sortie est finalement la plus importante de cette soirée et pour certains, il s'agit d'une incitation au "terrorisme domestique."

Si le message était bel et bien destiné à ces groupes suprémacistes il a, semble-t-il, bien été reçu. Sur la messagerie cryptée Telegram, les fameux Proud Boys ont modifié leur photo de profil, reprenant désormais leur logo entouré de la phrase prononcée par Trump.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Donald Trump reste ambigu quant aux actions des suprémacistes blancs américains. En 2017, alors qu'une militante anti-raciste avait été tuée à Charlottesville par l'un de ces derniers, celui qui venait d'être élu avait condamné le sectarisme et la violence "venant de diverses parties."

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV