BFMTV

Soudan du Sud: 13 spectateurs d'un match de foot tués dans un bar

Au moins huit personnes ont été tuées lors d'une fusillade qui a éclaté dans un bar sud-soudanais, lors de la retransmission d'un match de football. (Photo d'illustration)

Au moins huit personnes ont été tuées lors d'une fusillade qui a éclaté dans un bar sud-soudanais, lors de la retransmission d'un match de football. (Photo d'illustration) - AFP

Au moins treize personnes ont été tuées au cours d'une fusillade qui a éclaté dans un bar sud-soudanais. Les victimes assistaient à la retransmission d'un match de football.

Au moins treize personnes ont été tuées lors d'une fusillade qui a éclaté ce samedi soir, dans un bar de la capitale sud-soudanaise Juba. Un précédent bilan faisait état de huit morts, mais plusieurs personnes ont succombé à leurs blessures. Le drame a fait 13 morts et 10 blessés, a indiqué le porte-parole adjoint de la police de Juba, 

Les victimes regardaient la retransmission d'un match du championnat anglais de football, a indiqué ce lundi le ministre adjoint sud-soudanais de l'Information. Plusieurs autres blessés, dont on ignore le nombre, se trouvent "dans un état critique". 

La fusillade a été déclenchée, selon le porte-parole de la police, par un homme "furieux" de s'être vu demander un droit d'entrée à 45 centimes d'euros (0,5 dollar) dans ce bar qui retransmettait le match de première ligue entre les équipes de Chelsea et Everton. "Il est revenu avec une arme et a commencé à tirer au hasard", explique-t-il. 

Un climat de violence et d'insécurité dans le pays

"C'est très regrettable et le gouvernement condamne cet acte dans les termes les plus forts et nous nous engageons à faire tout notre possible pour protéger notre peuple et mettre derrière les barreaux ces gens qui tuent des innocents sans aucune raison", s'est exprimé le ministre de l'Information. 

L'insécurité dans la capitale sud-soudanaise s'est détériorée depuis le début de la guerre civile il y a trois ans, avec la présence de milices armées et gangs criminels.

A.Mi avec AFP