BFMTV

Silvio Berlusconi rejette l'idée d'élections anticipées

Silvio Berlusconi affirme que la remise en cause d'une partie de son immunité par la Cour constitutionnelle italienne jeudi n'est pas de nature à affecter le fonctionnement de son gouvernement ou à provoquer des élections législatives anticipées. /Photo d

Silvio Berlusconi affirme que la remise en cause d'une partie de son immunité par la Cour constitutionnelle italienne jeudi n'est pas de nature à affecter le fonctionnement de son gouvernement ou à provoquer des élections législatives anticipées. /Photo d - -

ROME (Reuters) - Silvio Berlusconi a affirmé vendredi que la remise en cause d'une partie de son immunité par la Cour constitutionnelle italienne...

ROME (Reuters) - Silvio Berlusconi a affirmé vendredi que la remise en cause d'une partie de son immunité par la Cour constitutionnelle italienne n'est pas de nature à affecter le fonctionnement de son gouvernement ou à provoquer des élections législatives anticipées.

"La décision prise par la Cour constitutionnelle hier (jeudi) n'a absolument aucune influence. Le gouvernement va continuer à aller de l'avant parce que la dernière chose dont l'Italie a besoin ce sont des élections anticipées", a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision Canale 5.

La Cour constitutionnelle a invalidé jeudi une loi qui protégeait le président du Conseil de poursuites judiciaires pour des chefs d'inculpation de corruption et de fraude fiscale liées à son groupe de presse Mediaset.

Le juge suprême estimait que le texte était en plusieurs points contraire à la Constitution et que le chef du gouvernement ainsi que ses ministres ne pouvaient pas invoquer automatiquement "l'empêchement légitime" pour échapper aux poursuites.

La loi votée en mars 2010 permet aux ministres d'invoquer leurs fonctions pour ne pas passer devant la justice pendant une période maximale de 18 mois, soit jusqu'à la fin septembre 2011.

James Mackenzie, Pierre Sérisier pour le service français