BFMTV

Serbie: trois Français condamnés pour avoir tenté d'enlever une petite fille

Le père de la petite fille serbe (au centre) sort du tribunal de Belgrade le 20 octobre

Le père de la petite fille serbe (au centre) sort du tribunal de Belgrade le 20 octobre - OLIVER BUNIC - AFP

Une Française refusait de partager la garde de sa petite fille avec son ex-conjoint. Elle est accusée d'avoir tenté d'enlever, avec l'aide de sa mère et son beau-père, une petite fille serbe en 2015 pour réfuter la paternité de son ancien compagnon. Les trois kidnappeurs présumés viennent d'être condamnés à la prison en Serbie.

C'est un conflit familial, sur fond de garde d'enfant, qui a très mal tourné. Trois Français ont été condamnés jeudi en Serbie à des peines de 7 à 10 ans de prison ferme, pour avoir enlevé une enfant de deux ans le 13 mars 2015 à Belgrade.

Sébastien Branchu, 46 ans, a été condamné à dix ans de prison, son épouse Alexia, 51 ans, à neuf, et la fille de celle-ci, issue d'une première union, Emeline Oeillet, 27 ans, à sept ans. Cette jeune fille est au centre de l'affaire. Selon une source proche de l'enquête, elle refusait de partager la garde de sa fille avec le père dont elle est séparée et entendait prouver par des tests ADN sur une autre enfant que son ex-conjoint n'était pas le père. 

La défense avance la thèse d'un "prêt" par la famille de l'enfant

Selon le verdict rendu ce 20 octobre, elle et sa famille se sont emparées de la fillette serbe, Macha, en raison de l'âge similaire et de la ressemblance avec la fille d'Emeline Oeillet, pour la soumettre à sa place à un test de paternité. Ils affirment avoir obtenu l'accord d'une famille serbe pour un "prêt" de l'enfant. Cette thèse "sur un accord préalable avec les parents de la fillette serbe n'a pas été prouvée", selon le jugement diffusé à la presse. 

La justice a établi que les trois Français ont, le jour de l'enlèvement, le 13 mars 2015, surveillé et suivi la fillette accompagnée de sa mère dans un supermarché, et se sont emparés de l'enfant quand ils sont sorties dans la rue. "Les accusés ont arraché la fillette des mains de sa mère et ont violemment poussé la mère à terre", a déclaré le juge. "Ils ont ensuite introduit l'enfant dans leur voiture où ils ont modifié sa coiffure, lui ont changé ses habits par d'autres préparés d'avance et ont pris la fuite", a poursuivi le juge. Quelques heures plus tard, ils étaient arrêtés par la police sur une route menant vers la Croatie. 

Le père d'Emeline demande l'extradition

Quant aux suites judiciaires de l'affaire, les deux femmes vont faire appel. Sébastien Branchu n'a pas exercé son droit à se défendre. Michel Oeillet, ex-mari d'Alexia Branchu et père d'Emeline, a dit souhaiter "une expulsion dans les plus brefs délais pour que les peines soient purgées en France". Il a invoqué des "problèmes de santé, deux tentatives de suicide de mon ex-épouse" et "un rapprochement humanitaire". 

R.V. avec AFP