Le ministre de l'Unification sud-coréen, Cho Myoung-Gyon, le 2 janvier 2018.
 

 

Votre opinion

Postez un commentaire