BFMTV

Sécurité renforcée devant les églises coptes avant Noël

Eglise copte à Chatenay-Malabry, près de Paris. La communauté copte, qui fête vendredi la Noël orthodoxe, craint de nouvelles attaques après l'attentat suicide probablement inspiré par Al Qaïda qui a tué 23 personnes et fait une centaine de blessés devant

Eglise copte à Chatenay-Malabry, près de Paris. La communauté copte, qui fête vendredi la Noël orthodoxe, craint de nouvelles attaques après l'attentat suicide probablement inspiré par Al Qaïda qui a tué 23 personnes et fait une centaine de blessés devant - -

par William Maclean LONDRES (Reuters) - La communauté copte, qui fête vendredi la Noël orthodoxe, craint de nouvelles attaques après l'attentat...

par William Maclean

LONDRES (Reuters) - La communauté copte, qui fête vendredi la Noël orthodoxe, craint de nouvelles attaques après l'attentat suicide probablement inspiré par Al Qaïda qui a tué 23 personnes et fait une centaine de blessés devant une église dans la nuit du jour de l'an à Alexandrie, en Egypte.

Ces derniers jours, des extrémistes islamistes ont multiplié les menaces sur internet contre cette communauté chrétienne orientale dispersée à travers le monde.

Pour Safouat Zayaat, expert égyptien en questions militaires, l'attentat d'Alexandrie démontre que des groupes islamistes "sont partout, capables de mener des opérations qui auront un retentissement international".

"Des attaques d'envergure comme celle-là font craindre que la situation échappe un jour à tout contrôle comme en Irak (...) C'est en tout cas ce que veulent les inspirateurs de ces attentats", estime Paul Salem, qui dirige à Beyrouth le centre du Proche-Orient de la fondation Carnegie.

"On est au bord de l'explosion, et pas seulement entre communautés", dit-il en évoquant les tensions sociales, politiques et économiques en Egypte.

Selon les enquêteurs égyptiens, qui ont arrêté sept suspects, la bombe d'Alexandrie était du même type que celles utilisées lors de précédents attentats au Caire en 2009. L'une, qui visait une église, n'avait pas fait de victime, l'autre, dans le quartier touristique d'El Hussein, avait tué une jeune touriste française.

MENACES EN EUROPE

En France, où vivent 45.000 coptes, une enquête préliminaire de police a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris sur des menaces proférées sur internet contre des églises coptes.

La brigade criminelle a été chargée de cette procédure pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", qui fait suite à une plainte déposée par un prêtre de l'église copte de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), près de Paris.

Ces menaces sur des réseaux sociaux, qui concernent aussi d'autres sites coptes en Europe, sont antérieures à l'attentat d'Alexandrie. Des mesures ont été prises pour assurer la protection de 19 églises coptes à travers la France.

En Allemagne, le gouvernement avait informé avant l'attentat d'Alexandrie le chef local de l'Eglise copte, l'évêque Anba Damian, d'un risque d'attaque.

En Grande-Bretagne, où vivent 20.000 coptes, le père Chenouda A. Chenouda a dit être en contact avec la police après des menaces visant deux églises de Londres.

Aux Pays-Bas, l'agence antiterroriste NCTb a demandé aux forces de l'ordre de prendre des mesures pour protéger des églises coptes dans trois villes du pays après des menaces sur internet.

En novembre, de violents affrontements avaient éclaté au Caire entre des manifestants chrétiens et la police anti-émeute à la suite de l'arrêt du chantier d'une église. Deux chrétiens avaient été tués et plusieurs dizaines de personnes blessées, tandis que plus de 150 manifestants étaient interpellés.

L'Eglise copte d'Egypte avait par ailleurs été menacée par Al Qaïda. L'"Etat islamique d'Irak", branche irakienne de la mouvance islamiste armée, accusait les orthodoxes de retenir contre leur gré deux femmes, des épouses de prêtres, qui s'étaient converties à l'islam.

Avec Thierry Lévêque à Paris, Dominic Evans à Beyrouth, Edmund Blair au Caire, Eric Kelsey à Berlin, Serena Chaudry à Bagdad, Guy Kerivel pour le service français