BFMTV

Résurgence du virus au Japon: la région d'Okinawa en état d'urgence

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Behrouz MEHRI

Le gouverneur de la région d'Okinawa a déclaré l'état d'urgence jusqu'au 15 août en raison de la circulation du coronavirus et a demandé à la population de la province japonaise de se confiner pendant deux semaines.

L'état d'urgence a été déclaré pour la touristique région japonaise d'Okinawa à la suite d'une "propagation explosive" du coronavirus, selon les autorités, et la population est invitée à se confiner pendant deux semaines.

"Nous assistons à une propagation explosive des infections. Nous déclarons l'état d'urgence" jusqu'au 15 août, a déclaré ce vendredi le gouverneur de la région, Denny Tamaki, ajoutant que les hôpitaux étaient submergés par cette flambée des contaminations.

Le dirigeant a demandé aux habitants d'éviter les sorties non essentielles. Les mesures prises au Japon ne sont pas contraignantes comme celles en Europe, mais sont tout de même largement respectées par la population.

Des bases militaires américaines à l'origine du foyer épidémique

La plupart des cas de coronavirus détectés dans cette île du sud de l'archipel l'ont été dans des bases militaires américaines. Soixante et onze nouveaux cas ont été répertoriés ce vendredi dans la région d'Okinawa, pour un total de 395, dont 248 dans des bases américaines, selon les autorités japonaises, ce qui a généré des tensions entre celles-ci et les représentants américains.

Il y a environ 20 000 Marines à Okinawa, outre des milliers d'autres troupes d'autres unités militaires américaines. Leur présence sur l'île est une question sensible de longue date.

Recrudescence de cas au Japon

La décision d'Okinawa intervient alors que Tokyo a demandé aux restaurants, bars et karaokés de fermer à 22 heures à partir du 3 août et jusqu'à la fin du mois, après la publication de nombres quotidiens records de nouvelles infections. Le Japon totalise environ 35 200 contaminations et un peu plus de 1000 décès depuis la détection du premier cas en janvier. Le nombre d'infections a augmenté depuis la fin de l'état d'urgence en mai.

F.R. avec AFP