BFMTV

Que signifie le genou à terre des manifestants contre les violences policières? 

Dans les manifestations contre les violences policières et le racisme, un geste de protestation revient: le genou à terre. Mais que signifie-t-il exactement? D'où vient-il?

Les mêmes images ont fleuri partout dans le monde. De Washington à Paris en passant par Londres, un genou à terre, les manifestants et manifestantes anti-racistes demandent justice pour les victimes de violences policières à la suite de la mort très médiatisée de George Floyd. Cet Afro-américain de 46 ans est décédé le 25 mai, le genou d'un policier blanc sur son cou, après avoir dit à plusieurs reprises qu'il ne pouvait plus respirer. Mais d'où vient ce geste? 

Au départ, il a été rendu célèbre par Colin Kaepernick. En 2016, ce joueur de football américain pose le genou à terre pendant l'hymne national. La tradition exige pourtant que l'on se lève et qu'on porte la main sur le coeur. 

Quelle est la signification de ce genou à terre?

Par ce geste, Colin Kaepernick, lui-même victime de discriminations, entendait protester contre les violences policières. Quelques jours avant, il déclarait: "Je ne vais pas me lever pour démontrer ma fierté envers le drapeau d'un pays qui opprime les Noirs." C'était quelques mois après la mort de Freddie Gray, jeune garçon noir mort dans un fourgon de police à Baltimore.

D'où est venue l'idée? 

L'idée du genou à terre est le fruit d'une discussion entre le joueur et un ancien soldat américain. Ce geste fait référence aux soldats qui s'agenouillent devant les tombes de leurs camarades morts au combat. On peut aussi y voir un prolongement de la posture de Martin Luther King, en 1975, lorsque le pasteur noir s'était agenouillé lors d'une manifestation pacifique. 

Quelles répercussions? 

L'initiative de Colin Kaepernick connait ensuite un écho inouï. À 28 ans, le joueur fait la Une du magazine Time et le président de l'époque, Barack Obama, salue même son geste. L'idée est ensuite reprise par le mouvement anti-raciste américain Black Lives Matter.

Mais du côté de la NFL, la ligue de football américain, l'activisme de Colin Kaepernick est vu d'un mauvais oeil. À partir de 2016, le joueur se retrouve sans contrat. Il accuse les dirigeants d'avoir organisé son ostracisation. Le mouvement mondial de protestation contre le racisme participe peu à peu à sa réhabilitation. La NFL elle-même a reconnu avoir "eu tort de ne pas écouter les joueurs". 

Guillaume Barki avec Camille Sarazin