BFMTV

Quand l'Otan révèle par erreur la présence d'armes nucléaires américaines en Europe

Le logo de l'OTAN

Le logo de l'OTAN - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

La présence de ces armes nucléaires est issue d'un accord conclu dans les années 1960, période de guerre froide.

C’est un document qui n’aurait jamais dû être rendu public. Comme l’explique le quotidien flamand De Morgen, un document nommé "Une nouvelle ère pour la dissuasion nucléaire? Modernisation, maîtrise des armements et forces nucléaires alliées" a été publié en avril dernier sur le site de l’OTAN. Rédigé par Joseph Day, un sénateur canadien, il révélait la localisation, en principe tenu secrète, des emplacements d’armes nucléaires américaines entreposées aux États-Unis.

Rapidement supprimée, cette page du rapport a malgré tout été retrouvée par le quotidien néerlandophone. "Ces bombes sont entreposées dans six bases américaines et européennes - Kleine Brogel en Belgique, Büchel en Allemagne, Aviano et Ghedi-Torre à Italie, Volkel aux Pays-Bas et Incirlik en Turquie", peut-on lire.
Quand l'Otan révèle par erreur la présence d'armes nucléaires américaines en Europe
Quand l'Otan révèle par erreur la présence d'armes nucléaires américaines en Europe © Otan / De Morgen

Quelques heures plus tard, une nouvelle photo de la page était mise en ligne, et le nom des villes avait été retiré. "Les alliés européens souvent cités comme exploitant de tels aéronefs sont la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Turquie", pouvait-on lire à la place.

De son côté, sous couvert d’anonymat auprès du Washington Post, un responsable de l’OTAN n’a ni confirmé, ni infirmé ces informations. "Ce n’est pas un document officiel de l’OTAN. Nous ne commentons pas les détails de la posture nucléaire de l'OTAN", a-t-il simplement expliqué.

Toujours selon le média américain, la présence de ces armes nucléaires est issue d'un accord conclu dans les années 1960, période de guerre froide, et étaient pour la plupart tournées en direction du défunt Union soviétique.

Hugo Septier