BFMTV

Pyongyang célèbre l'anniversaire de Kim Il-sung

Militaires, ouvriers et étudiants nord-coréens réunis devant des statues de Kim Il-sung (à gauche), fondateur de la Corée du Nord et de son fils Kim Jong-il, à Pyongyang. La Corée du Nord a célébré lundi le 101e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung

Militaires, ouvriers et étudiants nord-coréens réunis devant des statues de Kim Il-sung (à gauche), fondateur de la Corée du Nord et de son fils Kim Jong-il, à Pyongyang. La Corée du Nord a célébré lundi le 101e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung - -

SEOUL (Reuters) - La Corée du Nord a célébré lundi le 101e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il-sung, sans aucun signe...

SEOUL (Reuters) - La Corée du Nord a célébré lundi le 101e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il-sung, sans aucun signe d'atténuation des tensions dans la péninsule.

Le régime nord-coréen a rejeté la proposition de son voisin du Sud d'engager des pourparlers pour faire baisser la tension et rouvrir la zone industrielle de Kaesong, dont Pyongyang a suspendu l'activité.

Les Etats-Unis ont proposé eux aussi l'ouverture de négociations, à condition que la Corée du Nord renonce à ses ambitions nucléaires militaires, sur lesquelles Pyongyang n'entend pas non plus transiger.

Le Nord multiplie les menaces guerrières visant les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon depuis l'adoption de nouvelles sanctions internationales, consécutives au troisième essai nucléaire nord-coréen depuis 2006, réalisé à la mi-février. Le Nord a suspendu l'activité de la zone économique spéciale de Kaesong, située sur son territoire, qui est le principal chantier de coopération avec les entreprises du Sud.

Le ministère sud-coréen de la Défense a déclaré lundi que Séoul se tenait sur ses gardes en cas de tir de missile par le Nord, à l'occasion du "jour du soleil", qui correspond à l'anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, né le 15 avril 1912 et mort en 1994.

"On ne pense pas que la Corée du Nord ait tiré un missile à l'occasion du Jour du soleil, qui est aujourd'hui celui du 101e anniversaire", a déclaré un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense lors d'un point de presse.

"Mais l'armée ne relâche pas sa vigilance concernant les activités de l'armée du Nord, qui pourrait se livrer à une provocation à tout moment", a-t-il ajouté.

Le ministère sud-coréen de l'Unification, chargé des relations avec la Corée du Nord, a jugé "regrettable" le rejet par Pyongyang de l'offre de pourparlers faite la semaine dernière par la présidente Park Geun-hye. La proposition, a souligné le ministère, tient cependant toujours.

AVERTISSEMENT DU QUOTIDIEN DU PEUPLE

L'actuel numéro un nord-coréen, Kim Jong-un, a pris part lundi à une cérémonie d'hommage à la mémoire de son père, l'ancien dirigeant Kim Jong-il, et de son grand-père Kim Il-sung, en compagnie d'autres hauts responsables du régime, dont son oncle, l'influent Jang Song-thaek, et les plus hauts généraux de l'armée.

"Nous allons augmenter, en quantité, notre potentiel nucléaire militaire, qui est le trésor d'une Corée unifiée (...). A aucun prix nous ne transigerons sur cela", a souligné Kim Young-nam, chef de l'Etat nord-coréen en titre, lors d'une réunion de hauts responsables à la gloire des réalisations de Kim Il-sung.

L'anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, qui avait accédé au pouvoir en 1948, donne lieu habituellement à un défilé militaire. En 2012, quelques mois après la mort de son père, Kim Jong-un a prononcé un discours en public, le premier de ce genre de la part d'un numéro un nord-coréen.

A Tokyo, dimanche, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a de nouveau proposé à la Corée du Nord des négociations si elle abandonnait son programme d'armement nucléaire. La tournée de John Kerry en Corée du Sud, en Chine et au Japon visait à rassurer les alliés de Washington dans la région et à exercer des pressions pour que les Chinois, principaux alliés de Pyongyang, appliquent sérieusement les sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'Onu.

A Pékin, le Quotidien du peuple, organe du comité central du PC chinois, a averti lundi que les tensions dans la péninsule coréenne risquaient de devenir incontrôlables.

"Peu importe si c'est intentionnel ou accidentel; même la plus petite chose risque de faire évoluer rapidement la situation, qui pourrait devenir totalement incontrôlable", écrit ce journal.

Eric Faye pour le service français