BFMTV

Pompeo reporte un voyage en Ukraine après l'attaque contre l'ambassade à Bagdad

Mike Pompeo.

Mike Pompeo. - Mandel Ngan - AFP

La tournée de secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, en Ukraine, en Biélorussie, au Kazakhstan, en Ouzbékistan et à Chypre, a été reportée ce mercredi en raison de l'attaque de l'ambassade américaine en Irak la veille. Le voyage diplomatique devait débuter ce vendredi.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a reporté une visite en Ukraine pour "suivre la situation" en Irak, où des manifestants pro-iraniens ont attaqué mardi l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, a annoncé mercredi la porte-parole du département d'Etat, Morgan Ortagus. Le secrétaire d'Etat "doit rester à Washington pour (...) s'assurer de la sécurité des Américains au Moyen-Orient", a-t-elle précisé dans un communiqué. 

Elle a ajouté que l'ensemble de la tournée internationale de Mike Pompeo, qui devait également le conduire en Biélorussie, au Kazakhstan, en Ouzbékistan et à Chypre était reportée et serait reprogrammée.

Il devait s'entretenir avec Zelensky

La visite vendredi de Mike Pompeo en Ukraine devait être particulièrement suivie avant le procès en destitution de Donald Trump, accusé d'avoir exercé un chantage sur Kiev à des fins électoralistes. Le secrétaire d'Etat, qui défend Donald Trump depuis le début, devait notamment s'entretenir avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Donald Trump a été mis en accusation le 18 décembre pour abus de pouvoir par la Chambre des représentants du Congrès américain. Il est accusé d'avoir gelé une aide militaire cruciale à Kiev pour obtenir de son homologue ukrainien qu'il annonce des enquêtes sur le démocrate Joe Biden, favori pour l'affronter en novembre prochain dans la course à la Maison Blanche.

Mike Pompeo devait ensuite se rendre à Minsk, où il devait rencontrer samedi le président Alexandre Loukachenko qui dirige d'une poigne de fer le Biélorussie depuis 1994, pour faire progresser la normalisation des relations avec les Etats-Unis. Dimanche, il devait être à Nur-Sultan auprès du président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev et son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev, qui reste considéré comme le véritable tenant du pouvoir. 

Le secrétaire d'Etat était attendu ensuite à Tachkent les 5 et 6 janvier, où il était prévu qu'il s'entretienne avec les dirigeants de l'Ouzbékistan et participe à une réunion ministérielle d'Asie centrale portant notamment sur les efforts américains pour sortir du conflit en Afghanistan. Il devait aussi faire étape le 7 janvier à Nicosie pour y rencontrer les dirigeants chypriotes mais aussi le président de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) Mustafa Akinci, pour soutenir le processus de réconciliation porté par l'ONU.

R.V. avec AFP