BFMTV

Otage en Algérie: l'ultimatum a expiré, la traque continue

Le rapt d'Hervé Gourdel a été revendiqué dans une vidéo authentifiée par un groupe proche de l'Etat islamique.

Le rapt d'Hervé Gourdel a été revendiqué dans une vidéo authentifiée par un groupe proche de l'Etat islamique. - Capture YouTube

La traque est engagée depuis l'enlèvement dimanche soir en Kabylie d'Hervé Gourdel. Le sort de l'otage français nourrit les inquiétudes, alors que l'ultimatum posé par les ravisseurs a expiré et que les autorités françaises excluent de céder "au chantage".

Hervé Gourdel, guide de haute montagne français enlevé dimanche soir en Algérie, est-il encore envie? Son sort était incertain, mercredi matin, alors que ses ravisseurs ont menacé lundi de l'exécuter si la France ne renonçait pas dans les 24 heures à ses frappes en Irak, ce que Paris a exclu. "Aussi grave que soit cette situation, nous ne céderons à aucun chantage, aucune pression, aucun ultimatum, fût-il le plus odieux, le plus abject", a déclaré mardi à New York le président français François Hollande. Dans la soirée, Jean-Yves Le Drian a confirmé cette attitude de fermeté.

L'armée algérienne quadrille la zone

L'armée algérienne se livre à une course contre la montre pour extraire des mains de ses ravisseurs l'otage âgé de 55 ans. De nombreux barrages de gendarmerie ont été mis en place sur la route qui traverse en lacets le massif montagneux dans lequel le Français a disparu.

Hervé Gourdel a été enlevé au lieu-dit Tizi N'koulal, un carrefour routier situé au coeur du parc national du Djurdjura, un haut lieu du tourisme en Algérie, devenu un sanctuaire des groupes armés islamistes dans les années 90. Ses compagnons algériens (deux ou quatre, selon les versions de témoins interrogés par l'AFP) ont été relâchés.

Ses ravisseurs ont menacé de le tuer sous 24 heures

Les ravisseurs, membres du groupe jihadiste algérien Jund al-Khilafah (les soldats du califat) qui soutient l'organisation Etat islamique (EI), ont menacé lundi de tuer leur otage si la France ne renonçait pas sous 24 heures à ses frappes aériennes en Irak.

Le groupe jihadiste a revendiqué l'enlèvement dans une vidéo. Assis par terre, entouré de deux hommes masqués et armés de kalachnikovs, l'otage demande à François Hollande de favoriser sa libération.

La famille lance un appel pour sa libération

Dans un communiqué envoyé à l'AFP, la famille de l'otage a déclaré mardi espérer une libération prochaine. "Hervé, nous sommes impatients de te retrouver parmi nous et nous t'attendons", a-t-elle écrit.

Durant la guerre civile des années 1990, une trentaine de Français ont été assassinés en Algérie par les groupes armés islamistes sur un total d'une centaine d'étrangers. Au cours des dernières années, les Français ont été particulièrement visés par les preneurs d'otages, notamment au Sahel et en Syrie. Outre Hervé Gourdel, un autre Français, Serge Lazarevic, est retenu au Sahel depuis novembre 2011 par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

D. N. avec AFP