BFMTV

Nigeria: au moins trois morts dans une attaque-suicide

-

- - Les troupes du Niger en soutien aux populations victimes du groupe jihadiste Boko Haram (Photo d'illustration) - ISSOUF SANOGO - AFP -

Trois personnes ont été tuées a Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, dans une attaque suicide imputée à Boko Haram.

Au moins trois personnes ont été tuées et 15 blessées dans un attentat suicide sur un campus universitaire de Maiduguri, la grande ville du nord-est du Nigeria et berceau du mouvement islamiste Boko Haram, a déclaré la police lundi. 

L'attentat, qui aurait été commis par une jeune fille, s'est produit au moment de la première prière du jour dans une mosquée de l'Université de Maiduguri, selon des résidents qui ont requis l'anonymat.

Aucune revendication n'a été enregistrée, mais l'attentat porte la marque de Boko Haram, qui a régulièrement utilisé des filles et des jeunes femmes comme bombes humaines.

Une première kamikaze abattue par la police

Avant l'explosion à la mosquée, une adolescente d'environ 12 ans a d'abord été tuée par la police vers 5H00 (04H00 GMT) alors qu'elle essayait de pénétrer sur le campus, a expliqué le porte-parole de la police Victor Isuku.

"L'engin explosif attaché à son corps a explosé, elle est morte instantanément", a-t-il expliqué dans un communiqué.

"Peu après une deuxième explosion a eu lieu dans une mosquée à l'intérieur de l'université. Quatre personnes dont un professeur et le deuxième kamikaze ont été tuées, tandis que 15 personnes souffrent de blessures à des degrés divers", selon le communiqué.

"J'ai couru jusqu'à l'université, qui n'est pas loin de ma maison. Quand je suis entré dans la mosquée, c'était le chaos. Trois personnes gisaient mortes, dont une jeune fille, dont le corps était affreusement mutilé", a confirmé un habitant du quartier sous couvert d'anonymat

G.D. avec AFP