BFMTV

Turquie: deux explosions et des coups de feu entendus à l'aéroport international Atatürk, plusieurs blessés

Un triple attentat-suicide a frappé mardi soir l'aéroport international d'Istanbul, le plus grand de Turquie. Au moins 41 personnes sont mortes, selon un nouveau bilan fait par le gouvernorat de la première mégapole de Turquie.

La Turquie à nouveau frappée. Au moins 41 personnes ont été tuées et 239 autres blessées mardi soir dans une triple attaque-suicide survenue dans un terminal de l'aéroport international d'Istanbul, le plus grand du pays, d'après un nouveau bilan établi par le gouvernorat de la mégapole turque. Treize étrangers, dont trois possédant la double nationalité, font partie des victimes. Les 23 autres sont de nationalité turque. La journée de mercredi a été déclarée jour de deuil national.

Si la présence de Français parmi les victimes est longtemps restée inconnue, François Hollande a annoncé qu'il "y aurait deux blessés légers français". 

Plus tôt dans la nuit, un premier bilan faisait état de 36 morts. "Selon les dernières informations, 36 personnes ont perdu la vie", avait indiqué le Premier ministre turc Binali Yildirim, le visage grave, devant la presse sur les lieux de l'attaque, indiquant que "les indices pointent Daesh". Quant au ministre de la Justice Bekir Bozdag, il avait alors précisé que 147 personnes avaient été blessées. 

ataturk attentat turquie istanbul aeroport
ataturk attentat turquie istanbul aeroport © -

Selon le Premier ministre français Manuel Valls, tous les vols ont été suspendus après l'attentat et l'aéroport Atatürk, le plus grand aéroport de Turquie, situé à l'intérieur de la ville d'Istanbul, sur la rive occidentale, a été fermé. Puis le trafic aérien a pu reprendre à partir de 3 heures locales.

Une attaque menée par trois kamikazes 

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu lieu à l'entrée du terminal des vols internationaux vers 22 heures (19 heures GMT). Trois assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a éclaté puis les kamikazes se sont fait sauter, un scénario rappelant les attentats jihadistes ayant ensanglanté Paris en novembre dernier (130 morts).

"Trois kamikazes ont mené une attaque", a indiqué Vasip Sahin, le gouverneur d'Istanbul, aux journalistes. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rapidement exhorté la communauté internationale à une "lutte commune" contre le terrorisme, dans un communiqué. "Cette attaque, qui s'est déroulée pendant le mois du ramadan, montre que le terrorisme frappe sans considération de foi ni de valeurs", a dit le chef de l'Etat.

Un attentat suicide a été perpétré par deux kamikazes à l'aéroport d'Istanbul mardi 28 juin 2016.
Un attentat suicide a été perpétré par deux kamikazes à l'aéroport d'Istanbul mardi 28 juin 2016. © Capture d'écran Google Maps

Enorme boule de feu

La télévision turque a diffusé des images impressionnantes sur lesquelles on voit un policier tirer sur un assaillant puis celui-ci, blessé, tomber au sol en actionnant sa charge. Un grand mouvement de panique s'est emparé du terminal des vols internationaux lorsque deux violentes explosions suivies de coups de feu ont d'abord été entendues.

Des photos et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une énorme boule de feu à l'entrée du terminal et des membres de la sécurité en train de faire évacuer des passagers qui hurlaient dans des couloirs, pris de panique. Plus d'une dizaine d'ambulances ont été dépêchées sirènes hurlantes vers le terminal des vols internationaux, a indiqué la chaîne d'information CNN. 

"C'était très fort, tout le monde a paniqué et s'est mis à courir dans toutes les directions", a dit un témoin sur CNN-Türk.

De nombreux policiers ont établi un périmètre de sécurité sur les lieux, selon les images, qui montrent également des passagers gisant au sol et d'importants dégâts matériels à l'intérieur du terminal.

Série d'attentats en Turquie l'an dernier

La Turquie est frappée depuis l'an dernier par une série d'attentats meurtriers, attribués au rebelles kurdes et au groupe Daesh (l'acronyme en arabe de l'Etat islamique). Abdullah Agar, un expert des affaires de sécurité et de terrorisme, interrogé par CNN-Türk a privilégié la thèse d'un attentat jihadiste. "Cela ressemble beaucoup à leurs méthodes", a-t-il dit, en référence aux attaques survenues dans l'aéroport et le métro de Bruxelles.

Les consulats américain et français ont demandé à leurs ressortissants de ne pas se rendre dans la zone d'Atatürk.

Hollande "condamne fermement" un "acte abominable"

En France, le président François Hollande a "condamné fermement" un "acte abominable". "Je veux condamner fermement cette attaque", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue du premier jour du sommet européen à Bruxelles. Le chef de l'Etat a également dit redouter que "ces actes terroristes qui viennent après d'autres n'aient comme conséquence que de rendre la situation encore plus difficile en Turquie".

Le Premier ministre Manuel Valls s'est dit "horrifié par l'attentat barbare à l'aéroport d'Istanbul". "La France avec les Turcs contre le terrorisme", a-t-il ajouté sur Twitter.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a fait part de sa "consternation" après l'attentat. "Consternation suite à l'attentat à l'aéroport international Atatürk. Consulat à Istanbul et ambassade à Ankara mobilisés", a-t-il écrit sur Twitter.

V.R. avec agences