BFMTV

Syrie: toutes les armes chimiques placées sous scellés

Le siège de l'OIAC (OPCW en anglais), à La Haye, aux Pays-Bas

Le siège de l'OIAC (OPCW en anglais), à La Haye, aux Pays-Bas - -

L'OIAC, l'organisation chargée du démantèlement de l'arsenal chimique syrien, a indiqué, ce jeudi, avoir placé, sous scellés "inviolables" tous les stocks d'agents chimiques et d'armes chimiques du pays.

Les inspecteurs de l'organisation chargée de la destruction de l'arsenal chimique syrien ont placé les plus de 1.000 tonnes d'agents chimiques et d'armes chimiques syriennes sous scellés "inviolables", a indiqué l'OIAC, ce jeudi.

"Tous les stocks d'agents chimiques et d'armes chimiques ont été placés sous scellés, des scellés impossibles à briser", a déclaré un porte-parole de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Christian Chartier.

La feuille de route pour la destruction décidée le 5 novembre

"Il s'agit de 1.000 tonnes d'agents chimiques et de 290 tonnes d'armes chimiques", a ajouté Christian Chartier, soulignant que ceux-ci étaient restés "sur les sites": "nous ne sommes pas encore dans la phase de mouvement". La Syrie dispose également de 1.230 munitions non remplies d'agents chimiques, ou armes de catégorie trois.

Le conseil exécutif de l'OIAC, qui se réunira le 5 novembre, doit décider de la feuille de route pour la destruction des armes et des agents chimiques sur la base d'un document, un "plan général de destruction", rendu par la Syrie le 24 octobre. Plus tôt dans la journée, l'OIAC avait indiqué que toutes les installations de production d'armes chimiques en Syrie ont été détruites avant la date butoir du 1er novembre.

21 sites sur 23 visités

Les inspecteurs ont visité 21 des 23 sites déclarés par la Syrie, et 39 des 41 installations sur ces sites, les deux sites restants ayant été évités "pour des raisons de sécurité". Parmi ces installations, 18 sont destinées à la production, 12 au stockage, 8 sont des installations mobiles destinées à l'assemblage et 3 sont décrites de manière très générale comme des "installations liées aux armes chimiques", selon un rapport du directeur général de l'OIAC au Conseil exécutif, daté du 25 octobre, dont l'AFP a obtenu copie.

"Mais la Syrie a fait savoir que ces sites avaient été abandonnés, les éléments du programme d'armes chimiques qu'ils abritaient ayant été transférés sur d'autres sites qui ont effectivement été inspectés", a également assuré l'OIAC dans son communiqué.

L'OIAC, qui avait reçu le prix Nobel de la paix début octobre, est chargée de superviser la destruction de l'arsenal chimique syrien à la suite d'une résolution historique des Nations unies.

A.S. avec AFP