BFMTV

Syrie: le chef de l'ONU met en garde contre une "catastrophe humanitaire" à Idleb

Idleb, en Syrie, le 15 mars 2017

Idleb, en Syrie, le 15 mars 2017 - Omar haj kadour / AFP

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a mis en garde mercredi contre "les risques croissants d'une catastrophe humanitaire en cas d'opération militaire à grande échelle dans la province d'Idleb en Syrie".

Ses mots sont forts et alarmants. Alors que le régime de Bachar al-Assad a lancé une vaste offensive sur la région d'Idleb, vers la frontière turque, le secrétaire général de l'ONU a mis en lumière ce mercredi "les risques croissants d'une catastrophe humanitaire en cas d'opération militaire à grande échelle" dans cette province. Dans un communiqué, qui fait suite à un avertissement similaire le 21 août de Washington, Londres et Paris, Antonio Guterres souligne également que "toute utilisation d'armes chimiques est totalement inacceptable".

"Le secrétaire général appelle urgemment le gouvernement syrien et toutes les parties à faire preuve de retenue et à se focaliser sur la protection des civils", ajoute le communiqué. 

Le secrétaire général de l'ONU demande aux garants des accords d'Astana (Russie, Turquie et Iran) "de multiplier leurs efforts pour trouver une solution pacifique à la situation à Idleb", précise le texte. Il appelle à nouveau toutes les parties à "prendre toutes les mesures possibles pour sauver les vies de civils, permettre la liberté de mouvement, et protéger les infrastructures civiles, dont les installations médicales et scolaires".

Trois millions de personnes menacées

Selon les Occidentaux, quelque 3 millions de personnes sont menacées dans la province d'Idleb, frontalière de la Turquie et dernier fief insurgé du pays. Une offensive de Damas, qui veut récupérer le contrôle de la province avec le soutien de la Russie, pose la question du mélange explosif dans la province entre populations déplacées, rebelles modérés et islamistes radicaux.

Lors d'une réunion à huis clos demandée par la Russie sur Idleb mardi, Moscou, sans fournir de preuves, a réaffirmé que des Casques blancs préparaient une attaque chimique sur Idleb, selon des diplomates qui ont jugé ces affirmations "très bizarres".

Les Occidentaux estiment que ces allégations visent à détourner l'attention de l'offensive militaire syrienne qui se prépare. Selon les mêmes sources, ces mêmes Occidentaux ont transmis au Conseil de sécurité les noms des commandants syriens et de leurs régiments impliqués dans les préparatifs de l'offensive à Idleb, qui pourraient être tenus pour responsables en cas d'attaques contre des civils.

Me.R. avec AFP