BFMTV

Gaza: trêve rétablie entre Israël et les groupes armés

Un adolescent conduit une charrette tirée par un âne ce jeudi 13 mars à Beit Hanun, dans le nord de la bande de Gaza.

Un adolescent conduit une charrette tirée par un âne ce jeudi 13 mars à Beit Hanun, dans le nord de la bande de Gaza. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Après une escalade de violences dans la nuit de mercredi à jeudi, les plus intenses depuis deux ans, Israël et les groupes armés de la bande de Gaza ont finalement conclu une trêve jeudi sous médiation égyptienne.

La trêve est rétablie à Gaza. C'est ce qu'a affirmé ce jeudi, en début d'après-midi, un porte-parole du mouvement radical palestinien Jihad islamique. La trêve, conclu entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, est entrée en vigueur à 14 heures locales (13 heures françaises), "selon les termes conclus après l'opération israélienne contre Gaza fin 2012", a déclaré le porte-parole.

Interrogé à son tour, le conseiller pour les Affaires étrangères du chef du gouvernement du Hamas a également fait cas de cette trêve. Mais un haut responsable israélien proche du dossier a pour sa part indiqué sous couvert d'anonympat ne pas avoir connaissance d'un cessez-le-feu.

Cette annonce intervient après une escalade de violences à Gaza dans la nuit de mercredi à jeudi, les plus intenses depuis deux ans: une trentaine de raids israéliens ont frappé Gaza en riposte au tir d'une soixantaine de roquettes par le Jihad islamique.

Médiation égyptienne

Jeudi matin, le président palestinien Mahmoud Abbas avait exhorté Israël "à mettre un terme à son escalade militaire sur la bande de Gaza assiégée", et condamné "toute escalade militaire, y compris les roquettes".

Ce à quoi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait rétorqué: "Si nous voulons parvenir à une paix réelle, nous devons être très clairs sur la condamnation du terrorisme et sur notre droit à nous défendre". Il avait alors promis de "continuer à frapper ceux qui veulent nous faire du mal".

Selon le porte-parole du Jihad islamique, c'est par une médiation égyptienne que la trêve a finalement pu être conclue.

M. T. avec AFP