BFMTV

Israël - Page 20

Nicolas Sarkozy en Israël: un ancien chef de l’Etat en campagne?

Nicolas Sarkozy en Israël: un ancien chef de l’Etat en campagne?

"Le leader, c’est celui qui n’hésite pas à se mettre en danger parce qu’il sait que seuls ceux qui acceptent le risque de l’échec ont une chance de réussir", a déclaré Nicolas Sarkozy lundi à Herzliya, en Israël. Des propos qui ont un goût de campagne présidentielle. En visite une journée dans les Territoires palestiniens et en Israël, le chef de file des Républicains a été reçu par le président et le Premier ministre israéliens. Son programme avait tout d’un voyage officiel.

Polémique Orange-Israël: Stéphane Richard n’a pas "cédé aux pressions"

Polémique Orange-Israël: Stéphane Richard n’a pas "cédé aux pressions"

"Il n'a jamais été question une seconde que l'entreprise Orange se retire d'Israël", a indiqué lundi soir sur BFMTV le PDG d’Orange. Mercredi dernier, Stéphane Richard a créé la polémique en indiquant maladroitement qu’il retirerait sa marque d’Israël sur le champ s’il ne s'exposait pas à des risques considérables de demande de dédommagement de la part de Partner, le partenaire israélien qui utilise actuellement la marque et l’image d’Orange contre une redevance. Stéphane Richard a précisé lundi sur BFMTV qu’il souhaite récupérer cette marque et cette image, sans pour autant retirer Orange d’Israël. Accusé d’avoir tenu ce discours à la suite de la publication début mai par la Ligue des droits de l’homme et d’autres organisations d’un rapport dénonçant l’activité de Partner dans les "territoires palestiniens occupés", Stéphane Richard assure n’avoir cédé à aucune pression: "Des entre guillemets pressions, ça fait des années qu’on en a. Tous les ans, depuis que je suis PDG d’Orange, il y a des associations, des lobbys qui nous sollicitent. Ce type de rapport, il y en a au moins un par an", a indiqué Stéphane Richard sur BFMTV.

Polémique Orange-Israël: Le PDG se dit "radicalement opposé à l'idée même d'un boycott"

Polémique Orange-Israël: Le PDG se dit "radicalement opposé à l'idée même d'un boycott"

Il souhaiterait récupérer l’usage de la marque Orange en Israël sur le champ s’il ne s'exposait pas à des risques considérables de demande de dédommagement. Le PDG d'Orange Stéphane Richard a provoqué une levée de boucliers en Israël en tenant ces propos mercredi dernier au Caire, en Egypte. Il a souhaité mettre fin à la polémique lundi soir sur BFMTV. Stéphane Richard s’est dit "radicalement opposé à l’idée même d’un boycott", mais souhaite "récupérer l’usage d’Orange en Israël comme dans tous les autres pays du monde car c’est la politique constante du groupe". Actuellement, le partenaire israélien Partner utilise contre une redevance l’image et la marque du groupe français de téléphonie.

Pourquoi l'opérateur téléphonique Orange veut-il quitter Israël ?

Pourquoi l'opérateur téléphonique Orange veut-il quitter Israël ?

Sébastien Couasnon revient sur la polémique autour d'un éventuel retrait d'Israël du géant de téléphonie mobile Orange, dans son édito éco du vendredi 5 juin 2015. L'accord avec l'israélien Partner, signé avant le rachat en 2000 d'Orange par France Télécom, est au cœur de l'incident diplomatique. Des ONG pro-palestiniennes et des syndicats français ont exigé l'arrêt de ce partenariat, qui, selon eux, soutiendrait indirectement la présence israélienne dans les territoires occupés. Face au tollé général provoqué en Israël par un éventuel retrait d'Orange, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a déclaré que la France est toujours opposée à toute forme de boycott d'Israël.