BFMTV

Nicolas Sarkozy: "Je ne fais plus de politique, ni de discours, sauf quand je suis en Israël"

Nicolas Sarkozy reçu par le président israéline Shimon Peres.

Nicolas Sarkozy reçu par le président israéline Shimon Peres. - -

En visite en Israël, Nicolas Sarkozy reçu en grandes pompes par le président Shimon Peres a rappelé la nécessité de la création d'un Etat palestinien et écorné à demi-mot la politique étrangère de la France.

Se présentant comme "un ami de toujours d'Israël" où il était en visite, Nicolas Sarkozy a affirmé à Shimon Peres qu'il ne faisait plus de politique, ni de discours "sauf quand je suis en Israël".

Après avoir "gagné des guerres", Israël doit "gagner la paix"

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a exhorté jeudi les Israéliens à "comprendre" la volonté des Palestiniens de se doter d'un État indépendant. "Le peuple juif qui a tellement attendu son État est le mieux placé pour comprendre la question palestinienne", a plaidé Nicolas Sarkozy lors d'un entretien à Jérusalem avec le président israélien Shimon Peres.

L'ancien chef de l'État, qui a reçu mercredi soir un diplôme honorifique du Collège académique de Netanya, près de Tel-Aviv, a déclaré durant la cérémonie qu'"Israël qui a la force de gagner des guerres doit maintenant gagner la paix", ajoutant que selon lui "il n'est pas trop tard pour poser la question de l'État palestinien".

Les négociations israélo-palestiniennes suspendues depuis trois ans

De son côté, le président Peres a espéré que "les efforts" du secrétaire d'Etat américain John Kerry, arrivé jeudi à Jérusalem, aboutiront à une reprise des négociations de paix suspendues depuis près de trois ans. 

Nicolas Sarkozy devait aussi être reçu jeudi par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avant de regagner la France. Aucune rencontre avec des dirigeants palestiniens n'était prévue au menu de cette visite. 


À LIRE AUSSI:

>> CAFÉ POLITIQUE - Nicolas Sarkozy, "le meilleur" en Israël

>> En Israël, Sarkozy déplore que l'UE soit "impuissante" en Syrie

D. N. avec AFP et Pauline de Saint-Rémy