BFMTV

Israël: au moins 45 morts dans une bousculade géante lors d'un pèlerinage juif

Le mouvement de foule a eu lieu lors d'un pèlerinage qui se déroulait au mont Méron, dans le nord d'Israël.

Le plus grand rassemblement en Israël depuis le début de la pandémie de Covid a tourné vendredi au cauchemar lorsqu'une bousculade géante a fait au moins 44 morts lors d'un pèlerinage juif orthodoxe dans le nord du pays.

Au fur et à mesure de la nuit le bilan s'est alourdi, les secouristes et des sources médicales le passant de 20 blessés à des "dizaines" de morts, puis au moins 45 morts à l'issue de cette tragédie survenue au mont Méron, dans le nord d'Israël.

"La catastrophe du mont Meron est l'une des plus graves qui ait frappé l'État d'Israël", a déclaré le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, qui s'est rendu sur place vendredi et a décrété une journée de deuil national, dimanche, après le shabbat.

"Ce qu'il s'est passé ici est déchirant. Il y a eu des gens écrasés à mort, y compris des enfants. Une grande partie de ceux qui ont péri n'ont pas encore été identifiés", a ajouté Benjamin Netanyahu, promettant une "enquête exhaustive" sur ce drame.

Dans les quartiers ultra-orthodoxes de Jérusalem et Bnei Brak, des milliers d'hommes, chapeau et veston noirs sur chemise opaline, ont défilé dans les rues peu avant la pause hebdomadaire du shabbat pour les premières funérailles.

Des scènes terribles

Jeudi soir, des dizaines de milliers de personnes étaient réunies pour le pèlerinage marquant la fête juive de Lag Baomer, au Mont Méron, autour du tombeau présumé de Rabbi Shimon Bar Yochaï, un talmudiste du IIe siècle de l'ère chrétienne auquel on attribue la rédaction du Zohar, ouvrage central de la mystique juive.

En pleine nuit, les gyrophares de dizaines d'ambulances scintillaient à proximité du théâtre de l'accident alors que les secouristes évacuaient des corps et des blessés. Six hélicoptères ont aussi transporté des blessés dans des villes proches.

Des images relayées sur les réseaux sociaux montrent une procession qui fend une foule hyper-compacte et s'approche d'une structure métallique où des religieux se tiennent debout aux abords d'un feu.

Les circonstances exactes ayant mené aux scènes de cohues n'étaient pas claires vendredi, mais un secouriste sur place, Yehuda Gottleib, oeuvrant pour la United Hatzalah, a dit avoir vu des hommes être "écrasés" et "perdre conscience", selon son organisation.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a souhaité "force et courage" au peuple israélien "pour traverser ces temps difficiles". De leur côté, l'Union européenne et la France ont exprimé séparément leurs "condoléances" aux proches des victimes et à la population, souhaitant "un prompt rétablissement aux personnes blessées".

"Scènes terribles à la fête de Lag Baomer en Israël", a tweeté le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Les autorités avaient permis la présence de 10.000 personnes dans l'enceinte du tombeau mais, selon les organisateurs, mais plus de 650 bus avaient été affrétés dans le pays, soit au minimum 30.000 personnes. La presse locale a fait état de près de 100.000 participants.

Paradoxalement, Lag Baomer est une fête joyeuse marquant de surcroît le souvenir de la fin d'une épidémie dévastatrice parmi les élèves d'une ancienne école talmudique...

H.G. avec AFP