BFMTV

Dessiner une bombe iranienne n'est pas un métier facile

Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU

Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU - -

Benyamin Netanyahou a tenté de convaincre l'Assemblée générale de l'ONU du danger du nucléaire iranien. Une démonstration peu convaincante sur la forme.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, s'est exprimé jeudi devant l'Assemblée générale de l'ONU. C'est là qu'il a sommé le monde - une fois n'est pas coutume - d'interdire l'arme nucléaire au régime de Téhéran. Mais comment Nétanyahou a-t-il fait sa démonstration? En citant le dernier rapport de l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique). Cette agence onusienne pour l'atome condamne juste assez le régime des mollahs sans pour autant leur déclarer la guerre. Ce que fait le régime dans le domaine nucléaire est pourtant clairement militaire.

Netanyahou a répondu presque mot à mot à Ahmadinejad. Le président iranien avait traité Israël, la veille, d'État artificiel, Netanyahou lui répond que l'État juif existait il y a déjà 3.000 ans, et n'allait pas être déraciné une seconde fois.

Pour montrer qu'Ahmadinejad est sur le point d'assembler une bombe, Netanyahou a dévoilé à la tribune de l'Assemblée générale une illustration schématique d'une bombe, avec des pourcentages écrits dessus.

Il a marqué, à l'aide d'un sylo feutre rouge, un trait au-dessous du chiffre "90 %". Cela signifiait qu'une fois que les scientifiques iraniens auront atteint 90% de l'enrichissement de l'uranium, alors les bombes pouvaient être assemblées.

La bombe nucléaire est bien plus simple à obtenir que l'énergie nucléaire

Seulement voilà : ces pourcentages dépassent ma compréhension. Non, je ne nie pas que le gouvermenet iranien se soit lancé dans un programme d'enrichissement qui ne peut avoir qu'une finalité militaire. Et je sais bien que, contre toute logique de base, la bombe nucléaire est bien plus simple à obtenir que l'énergie nucléaire.

Mais Netanyahou s'expose à des analyses peu complaisantes. Ce que je sais des sources informées françaises, c'est que la première phase d'enrichissement est à 3,5 %, la deuxième et de loin la plus difficule est le seuil de 20 %, et que le seuil de 90 % est la moins complexe. À 90 % on peut construire des bombes, avec environ 1.200 kg de matière fissile hautement enrichie.

Le "70 %" de Netanyahou veut-il dire que l'enrichissement est à 70 % de son chemin? C'est la première fois que j'entends une telle logique.

Netanyahou : comment avoir raison sur le fond tout en utilisant une démonstration oiseuse dans la forme ? N'a-t-il pas peur que l'histoire le tourne en ridicule ?

Harold Hyman