BFMTV

Afghanistan: une kamikaze présumée de 10 ans raconte son attentat raté

Si elle dit vrai, cette fillette afghane de 10 ans aurait été forcée par son frère à commettre une tentative d'attentat contre la police.

Si elle dit vrai, cette fillette afghane de 10 ans aurait été forcée par son frère à commettre une tentative d'attentat contre la police. - -

La police afghane recherche le frère d'une fillette de 10 ans qui l'aurait forcée à porter une veste bourrée d'explosifs pour commettre un attentat suicide dans le Helmand, province instable du sud du pays.

"Il m'a dit d'enfiler ce gilet et d'aller voir le commandant de police pour lui demander quelque chose. J'ai dit d'accord donc il m'a attaché la veste. Mais après je ne voulais plus y aller", raconte la prénommée Spozhmai, une Afghane de 10 ans.

Arrêtée dimanche dans le district de Khanishin, puis placée en détention à Lashkar Gah, la capitale provinciale, la fillette avait affirmé lundi devant des journalistes que son frère, un chef local taliban selon le ministère l'Intérieur afghan, lui avait "dit de prendre une veste noire" et de se faire exploser avec l'engin contre un barrage de la police situé dans le Helmand, province instable du sud du pays.

La fillette avait ensuite assuré avoir décidé de "jeter" la veste qui, selon des sources locales, n'a pas été retrouvée. Si son histoire est vraie, elle fait froid dans le dos.

La fillette n'aurait pas réussi à activer les explosifs

"Nous avons formé un groupe d'enquête pour faire la lumière sur cette affaire", avait déclaré mardi le porte-parole du gouverneur de la province, Omar Zwak.

Les enquêteurs se sont rendus dans le district de Khanishin où "ils vont essayer d'entrer en contact avec le frère et le père de la fille. Ils vont également s'entretenir avec les policiers qui l'ont découverte et arrêtée", a-t-il ajouté.

Les enquêteurs tenteront également de vérifier les allégations de Spozhmai alors que le déroulement exact des faits reste confus. La chaîne afghane Tolo TV a rapporté que la fillette n'aurait en fait pas réussi à activer le mécanisme de mise à feu de l'engin explosif.

Les talibans, qui n'ont pas réagi à l'annonce de cette arrestation, ont été accusés à plusieurs reprises d'utiliser des enfants pour commettre des attentats suicide, ce qu'ils ont toujours nié.

Les rebelles islamistes mènent une violente insurrection en Afghanistan depuis leur éviction du pouvoir en 2001 par une coalition militaire dirigée par les États-Unis.

D. N. avec AFP et Brune Daudré