Fidel Castro, en février 2016.
 

Votre opinion

Postez un commentaire