BFMTV

Militaires français morts au Mali: qu'est-ce que l'opération Barkhane?

Les treize militaires français ont été tués lundi soir dans la collision accidentelle de deux hélicoptères, lors d'une opération de combat contre des jihadistes.

Treize militaires français de l'armée de terre, parmi lesquels six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef, sont morts lundi soir au Mali dans la collision accidentelle de deux hélicoptères. L'accident s'est produit au cours d'une opération de combat contre des jihadistes.

Ces soldats étaient déployés dans le cadre de l'opération Barkhane, qui a pris le relais de l'opération Serval le 1er août 2014.

  • 4500 soldats déployés

La particularité de cette mission, destinée à lutter contre le terrorisme jihadiste, est d'être transfrontalière et de s'étendre sur cinq pays du désert du Sahel: la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Ces États forment une force conjointe, le G5 Sahel. Trois "points d'appui permanents" sont établis à Gao au Mali, Niamey au Niger et N'Djamena au Tchad.

Quelque 4500 militaires sont mobilisés à ces fins, ce qui en fait le plus vaste déploiement français actuel en opération extérieure. 

Selon Le Parisien, le nom de code Barkhane désigne en fait les "dunes du Sahara qui prennent la forme d'un croissant sous l'effet du vent".

L'opération Barkhane se déroule dans cinq pays distincts.
L'opération Barkhane se déroule dans cinq pays distincts. © Capture d'écran du site du ministère des Armées
  • 120 opérations de combat en 2018

Selon le dossier de presse dédié à Barkhane disponible sur le site du ministère des Armées, "la stratégie sahélienne de la France vise à ce que les États partenaires acquièrent la capacité d'assurer leur sécurité de façon autonome".

"La pauvreté, le manque d'éducation, les inégalités, ainsi que la dégradation de l'environnement sécuritaire sont des facteurs favorisant l'émergence et l'ancrage du terrorisme, et Barkhane s'emploie à entraver ce cercle vicieux au quotidien, avec ses partenaires", indique ce même dossier.

À titre d'exemple, 120 opérations de combat ont été menées en 2018.

Depuis le début de l'opération en août 2014, 31 militaires sont morts. Avant l'accident de lundi, la mort de la dernière victime, Ronan Pointeau, remontait au 2 novembre. Au total, depuis 2013 et le début de Serval, 41 soldats français ont trouvé la mort au Sahel.

Clarisse Martin