BFMTV

Migrants: "L'UE n'était pas prête", assure Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'Etat américaine

Pour Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'Etat américaine sous Bill Clinton, l'Union européenne n'était pas préparée à la vague migratoire qu'elle connaît actuellement. Elle a également plaidé pour une solution à long terme en participant au développement des pays d'où les migrants sont originaires.

Secrétaire d'État sous Bill Clinton, Madeleine Albright est de passage en France pour participer au forum de l'institut Aspen à Versailles, où se retrouveront dès lundi 25 anciens ministres des Affaires étrangères venus du monde entier. Au programme: l'avenir des relations entre l'Europe et les Etats-Unis, et la crise des migrants. Un sujet que l'ancienne ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU a accepté d'aborder sur le plateau de BFMTV ce dimanche.

"Ce qu'il se passe en Amérique avec les migrants est affreux, alors dire aux Européens quoi faire, c'est un peu arrogant", a dans un premier temps concédé Madeleine Albright. "Mais je pense que l'Union européenne n'était pas prête et que chaque pays doit se munir d'une loi pour permettre aux migrants d'arriver. On ne peut pas laisser les gens se noyer dans la Méditerranée. Il faut une solution humaine car ces gens veulent travailler, et l'UE manque de main d'œuvre".

"Une solution beaucoup plus large"

Madeleine Albright a également plaidé pour une solution à long terme, en affirmant que le développement économique des pays d'origine des migrants permettrait d'endiguer la vague: "Il faut une solution beaucoup plus large et aider les pays d'où viennent les migrants en matière d'éducation et d'économie". 

Née en 1937 en République Tchèque, l'ancienne secrétaire d'Etat qui avait dû fuir son pays lors de son invasion par l'Allemagne nazie, s'est également inquiétée de la montée des mouvements populistes et du nationalisme en Europe: "La montée des nationalismes n’est pas aussi grave que dans les années 30. Mais il y a des gouvernements qui causent beaucoup d‘inquiétudes, notamment celui de Viktor Orban en Hongrie ainsi que le gouvernement polonais. Mais le plus effrayant c'est que ces gens ont été élus démocratiquement", a-t-elle assuré face à Ulysse Gosset.

Les dirigeants européens étaient réunis ce dimanche à l'occasion d'un mini-sommet pour tenter de trouver une solution à la vague migratoire. Les Etats sont divisés sur les méthodes à adopter. L'Italie et Malte ont récemment refusé à l'Aquarius, un bateau d'une ONG transportant plus de 630 migrants d'accoster dans leurs ports. Le bateau a finalement été accueilli en Espagne.

G.D.