BFMTV

Markus R, l'agent triple qui risque un procès pour "haute trahison" en Allemagne

Vue aérienne d'un centre d'écoutes du renseignement extérieur allemand (BND) à Bad Aibling, en Bavière, le 8 mai 2015

Vue aérienne d'un centre d'écoutes du renseignement extérieur allemand (BND) à Bad Aibling, en Bavière, le 8 mai 2015 - Peter Kneffel, DPA/AFP/Archives

Le parquet fédéral allemand a réclamé jeudi un procès pour "haute trahison" contre un employé des services secrets. L'agent, âgé de 32 ans, est accusé d'avoir collaboré avec la CIA et avec la Russie jusqu'à son arrestation à l'été 2014, une affaire qui a empoisonné les relations germano-américaines.

Le ministère public réclame que cet homme, identifié comme "Markus R.", soit jugé en outre pour "violation du secret des renseignements" et "corruption". La décision sur les chefs d'accusation retenus reviendra à la cour d'appel de Munich, a expliqué le parquet dans un communiqué.

Markus R., accusé de collaboration avec la CIA et la Russie

Membre de l'administration du renseignement extérieur allemand (BND), Markus R. aurait transmis entre 2008 et 2014 de nombreux documents à la CIA, en échange desquels les services américains lui auraient versé "au moins 95.000 euros", a accusé le parquet. Mais selon le parquet le suspect aurait également transmis mi-2014 trois documents au consulat russe à Munich, à destination d'un service de renseignement russe.

Par sa collaboration avec Washington et Moscou, "l'accusé a provoqué le risque d'un lourd préjudice pour la sécurité extérieure de la République fédérale d'Allemagne", a souligné le ministère public qui explique ainsi vouloir un procès pour haute trahison.

L'affaire empoisonne les relations entre l'Allemagne et les Etats-Unis

L'arrestation de cet agent en juillet 2014 avait suscité l'émoi dans une Allemagne déjà irritée par les écoutes d'un téléphone portable de la chancelière Angela Merkel par les services américains. Peu après, Berlin avait expulsé le chef de la CIA en Allemagne. Au moment de son arrestation, le BND n'avait pas fait état de sa collaboration avec les services secrets russes.

Les documents transmis aux Etats-Unis comprenaient des informations sur les activités du BND et l'identité des personnels chargés des archives, le service où il travaillait. L'homme est toujours maintenu en détention provisoire. Depuis, d'autres scandales ont émaillé la réputation des services secrets allemands. Cette année, la presse allemande a révélé que le BND aurait écouté pour le compte de l'agence américaine NSA des responsables du ministère français des Affaires étrangères, du palais présidentiel de l'Elysée et de la Commission européenne.

La NSA aurait elle espionné plusieurs ministres allemands, selon les dernières révélations de Wikileaks en juillet, qui ont ravivé les tensions entre Berlin et Washington.

la rédaction avec AFP