Un soldat de l'opération Barkhane, à Tombouctou, en 2016.
 

 

Votre opinion

Postez un commentaire