BFMTV

Les rebelles s'apprêtent à lancer une offensive à Ajdabiah

LES REBELLES S'APPRÊTENT À LANCER UNE OFFENSIVE À AJDABIAH

LES REBELLES S'APPRÊTENT À LANCER UNE OFFENSIVE À AJDABIAH - -

par Mohammed Abbas PRES D'AJDABIAH, Libye (Reuters) - Les rebelles libyens s'apprêtent à lancer une offensive à Ajdabiah, à 160 km de Benghazi, après le refus des forces de Mouammar Kadhafi qui contrôlent la ville de déposer les armes.

par Mohammed Abbas

PRES D'AJDABIAH, Libye (Reuters) - Les rebelles libyens s'apprêtent à lancer une offensive à Ajdabiah, à 160 km de Benghazi, après le refus des forces de Mouammar Kadhafi qui contrôlent la ville de déposer les armes.

En s'approchant de la ligne de front, vendredi, un correspondant de Reuters a vu passer quatre véhicules chargés de lance-roquettes et de nombreux pick-up lourdement armés.

C'était quelques heures après une offensive aérienne britannique contre des véhicules militaires de l'armée libyenne, dans la nuit de jeudi à vendredi à Ajdabiah.

D'une route située à l'est de la ville, les insurgés ont procédé à des tirs d'artillerie nourris et les forces de Kadhafi ont répliqué en lançant deux ou trois obus qui ont explosé dans le désert, de part et d'autre de la route.

Des chefs de tribus locales ont demandé aux forces du dirigeant libyen de se rendre, lors de pourparlers tenus dans la matinée de vendredi, a raconté à Reuters Ibrahim Faradj, membre du Conseil militaire des rebelles.

"On leur a dit: 'vous devez vous rendre et déposer les armes et vous aurez la vie sauve'. Ils ont refusé. C'est pourquoi nous prévoyons d'avancer avec des armes lourdes", a dit Faradj.

Les forces rebelles semblent mieux préparées et mieux organisées que ces derniers jours. De nouvelles routes menant à Ajdabiah ont été bloquées et les rebelles communiquent entre eux par téléphone.

"LES POURPARLERS ONT ÉCHOUÉ"

"Les frappes britanniques vont fragiliser les forces de Kadhafi et, plus que tout, leur moral. Nous nous attendons à ce qu'Ajdabiah soit libérée aujourd'hui ou demain", a déclaré à la presse à Benghazi, fief des rebelles, un porte-parole des insurgés, Moustafa Gheriani.

Des opérations commenceront à Adjabiah "à la fin des prières aujourd'hui", a dit pour sa part près de la ville le colonel des rebelles Hamad al Hasi. "Les pourparlers ont échoué."

Il a fait état d'affrontements dans la ville et dit que les rebelles coupaient la route aux forces de Kadhafi présentes aux portes est et ouest de la ville.

Les rebelles, dont la majorité n'ont que très peu d'expérience militaire, étaient parvenus à avancer de plusieurs centaines de kilomètres dans l'est de la Libye avant d'être repoussés par les troupes de Kadhafi à proximité d'Ajdabiah.

"Les frappes aériennes de la nuit dernière nous encouragent. C'est la première raison de notre marche (sur la ville). La seconde est l'échec des pourparlers."

Le moral semblait bon vendredi parmi un groupe d'une cinquantaine de rebelles rassemblés sur une route menant à Ajdabiah. "Aujourd'hui nous allons prendre Ajdabiah parce que nous avons avec nous des armes lourdes", a indiqué Faisal Mhamoud, un des combattants.

Le porte-parole des insurgés, Gheriani, s'est inquiété pour sa part du nombre de civils tués qu'ils pourraient trouver dans la ville s'ils parvenaient à repousser les forces de Kadhafi.

"J'appréhende le fait que nous allons découvrir que de grands crimes ont été commis là-bas", a-t-il dit.

Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser