BFMTV

Les otages français « très vraisemblablement exécutés » (Etat-major)

Selon le porte-parole de l'état-major des armées interrogé sur RMC lundi, les deux otages français retrouvés morts samedi au Niger à l'issue d'un ultime assaut militaire, ont sans doute été tués par leurs ravisseurs.

Selon le porte-parole de l'état-major des armées interrogé sur RMC lundi, les deux otages français retrouvés morts samedi au Niger à l'issue d'un ultime assaut militaire, ont sans doute été tués par leurs ravisseurs. - -

Selon le porte-parole de l'état-major des armées interrogé sur RMC ce lundi, les deux otages français retrouvés morts samedi au Niger à l'issue d'un ultime assaut militaire, ont sans doute été tués par leurs ravisseurs.

Questionné ce lundi matin sur RMC sur le moment précis où Antoine de Léocour et Vincent Delory ont trouvé la mort après avoir été enlevés vendredi soir au Niger, Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées, indique que « c’est pour l’instant difficile de le dire. Ce qui est sûr c’est qu’au vu des premières constatations faites sur le terrain par nos forces qui ont réalisé l’action, il nous apparaît très vraisemblable qu’ils ont été exécutés par les terroristes (…). Les investigations continuent d’être menées et c’est quelque chose qui sera déterminé. Pour l’instant je ne donnerai pas d’informations complémentaires ».

Le porte-parole de l'état-major des armées confirme par ailleurs que « dans cet engagement qui visait à libérer les deux otages - c’était bien le but de l’opération -, deux soldats français ont été blessés mais leurs jours ne sont pas en danger ».

Enlevés vendredi soir dans un restaurant du centre-ville de Niamey, au Niger, les deux jeunes hommes originaires du Nord de la France ont été découverts morts à l'issue de la seconde opération militaire menée à la frontière du Mali par les armées française et nigérienne, au lendemain de leur kidnapping.

Écoutez ci-dessous l'interview Thierry Burkhard avec Jean-Jacques Bourdin