BFMTV

Les juteux financements qataris reçus par Tariq Ramadan

Tariq Ramadan lors d'une conférence à Bordeaux le 26 mars 2016.

Tariq Ramadan lors d'une conférence à Bordeaux le 26 mars 2016. - Mehdi Fedouach - AFP

D'après une note des services de renseignements français, Tariq Ramadan aurait perçu 35.000 euros par mois de l'influente Qatar Foundation.

Une note des services de renseignements français vient nuire un peu plus à l'image de Tariq Ramadan. Le théologien musulman, actuellement mis en examen pour trois affaires de viols, aurait perçu 35.000 euros par mois de la Qatar Foundation, selon une note de Tracfin - cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - à laquelle a eu accès Libération.

150.000 riyals par mois

Le livre-enquête Qatar Papers, revient en détails sur cette note, que les auteurs, les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, ont également pu consulter. Ils expliquent notamment qu'un compte bancaire qatari au nom de Tariq Ramadan a été alimenté par ses salaires de consultant auprès de la Qatar Foundation. Ils grimpent à 150.000 riyals mensuels, soit environ 35.000 euros, peut-on lire dans Le Point, qui publie des extraits de l'ouvrage paru ce 4 avril.

La Qatar Foundation se présente comme une organisation à but non-lucratif "oeuvrant dans les domaines de l'éducation, de la recherche et du développement communautaire", à coups de partenariats prestigieux avec des institutions internationales. Elle est dirigée par l'influente cheikha Moza bint Nasser al-Masnad, mère de l'émir. Selon Libération, cette dernière aurait facilité l'installation de Tariq Ramadan à Doha, la capitale du Qatar.

Appartements et dons aux associations

La note de Tracfin précise que Tariq Ramadan a rapatrié en France le 1er juin 2017 590.000 euros de ces fonds, qui lui auraient en partie servi à acheter deux appartement à Paris, selon les auteurs de l'enquête. Libération évoque un appartement sur la butte Montmartre, et des fonds versés à deux associations, Juste Cause et Horizons, qui soutiennent ouvertement et financièrement le théologien.

Les journalistes ne précisent pas si Tariq Ramadan continue de recevoir ces dizaines de milliers d'euros du Qatar. Toutefois, il n'est plus en odeur de sainteté dans ce pays très religieux, depuis qu'il a admis qu'il menait une double vie, peu compatible avec la morale islamique.

Le théologien dirigeait depuis 2012 le Cile, Centre de Recherche sur la Législation Islamique et l'Éthique, mais en a été remercié. Un directeur par interim a été nommé, le contrat de Tariq Ramadan n'arrive en effet à expiration que dans plusieurs mois, selon le quotidien Libération.

Salomé Vincendon