Des discussions entre les représentants de chaque partie et les émissaires de l'ONU, à Genève le 3 mars 2017 n'avaient pas permis d'avancée majeure
 

Les Etats-Unis estiment que Damas utilise sa présidence de la Conférence pour "normaliser le régime". 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire