Aung San Suu Kyi, le 19 septembre 2017.
 

Les enquêteurs de l'ONU souhaitent accéder à la Birmanie de façon complète et "sans entrave", pour voir et comprendre la situation sur place vis à vis de Rohingyas. 

Votre opinion

Postez un commentaire