BFMTV

Les enquêteurs cherchent les mobiles de l'attentat de Boston

Maintenant que les deux suspects d'origine tchétchènes ont été neutralisés, les enquêteurs cherchent à établir les mobiles du double attentat du marathon de Boston, qui a fait lundi trois morts et réveillé le spectre du terrorisme aux Etats-Unis. /Photo p

Maintenant que les deux suspects d'origine tchétchènes ont été neutralisés, les enquêteurs cherchent à établir les mobiles du double attentat du marathon de Boston, qui a fait lundi trois morts et réveillé le spectre du terrorisme aux Etats-Unis. /Photo p - -

par Ben Berkowitz et Ross Kerber BOSTON, Massachusetts (Reuters) - Maintenant que les deux suspects d'origine tchétchènes ont été neutralisés, les...

par Ben Berkowitz et Ross Kerber

BOSTON, Massachusetts (Reuters) - Maintenant que les deux suspects d'origine tchétchènes ont été neutralisés, les enquêteurs américains cherchent à établir les mobiles du double attentat du marathon de Boston, qui a fait lundi trois morts et réveillé le spectre du terrorisme aux Etats-Unis.

Autre interrogation majeure des enquêteurs aujourd'hui toujours sans réponse - les frères Tamerlan et Djokhar Tsarnaev, respectivement âgés de 26 et 19 ans, ont-ils agi seuls ou ont-ils bénéficié de complicités à l'intérieur ou à l'extérieur des Etats-Unis ?

Le benjamin, naturalisé américain, a été capturé vendredi soir à la suite d'un échange de tirs avec la police dans la banlieue bostonienne de Watertown où il s'était retranché après avoir été blessé. Il est actuellement hospitalisé sous bonne garde au Centre médical Beth Israël Deaconess de Boston.

On ignore pour le moment quand il sera inculpé mais le Bureau des défenseurs fédéral de Boston a fait savoir qu'il demanderait à assurer sa défense, comme c'est généralement le cas pour des justiciables incapables de s'offrir les services d'un avocat.

Tamerlan Tsarnaev, un ancien boxeur qui était un immigrant légal bénéficiant de la précieuse "carte verte", a lui été abattu jeudi lors d'une première fusillade avec les forces de l'ordre.

Les deux jeunes gens, qui avaient émigré aux Etats-Unis il y a une dizaine d'années, sont soupçonnés d'avoir actionné des bombes artisanales faites à partir de Cocottes-Minute bourrées de clous et de roulement à billes sur la ligne d'arrivée du marathon de Boston.

Ce week-end, après la capture du dernier des suspects, la vie a commencé à reprendre ses droits dans la région de Boston qui avait été fermée, sur ordre des autorités, pendant la majeure partie de la journée de vendredi lors de la vaste chasse à l'homme qui a permis de neutraliser Djokhar Tsarnaev.

Symboliquement, l'équipe de baseball des Red Sox de Boston a rejoué sur son terrain de Fenway Park pour la première fois depuis l'attentat. Les joueurs, qui affrontaient les City Royals de Kansas, ont rendu un hommage émouvant aux victimes.

DEMANDE RUSSE REMONTANT A 2011

Le dernier fugitif d'origine tchétchène, blessé lors de la fusillade de jeudi, s'était caché sous la bâche d'un bateau entreposé dans le jardin d'une maison de Watertown. Il a été dénoncé par le propriétaire, alerté par des traces de sang suspectes dans le jardin.

D'après la police, il saignait abondamment et se trouvait dans un état grave au moment de son hospitalisation

Après sa capture, le président Barack Obama a estimé que des questions se posaient toujours après le double attentat de Boston, notamment sur le point de savoir si les deux suspects avaient bénéficié d'aide.

Sur CNN, le chef de la police de Watertown, Edward Deveau, a assuré que les deux hommes avaient, d'après les premiers éléments de l'enquête, agi seuls. "D'après l'état de mes connaissances à l'heure où je vous parle, ils ont agi ensemble et seuls", a-t-il dit.

Samedi, plusieurs parlementaires républicains ont invité le président Barack Obama, qui avait évoqué "un acte de terrorisme" à propos de l'attentat, à juger Djokhar Tsarnaev en tant qu'"ennemi combattant".

D'après des responsables américains, les deux frères n'avaient pas fait l'objet d'une surveillance en tant qu'éventuels activistes. Mas vendredi, le FBI a admis avoir interrogé l'aîné en 2011 à la demande d'un gouvernement étranger non identifié.

Et samedi, une source de la communauté du renseignement américain a confirmé à Reuters que les autorités russes avaient demandé dès 2011 au FBI d'enquêter sur les agissements de Tamerlan Tsarnaev.

"La demande spécifiait qu'elle était fondée sur des informations selon lesquelles le jeune homme était un adepte d'un islam radical et un croyant fervent, qu'il avait complètement changé depuis 2010 alors qu'il s'apprêtait à quitter les Etats-Unis pour se rendre à l'étranger et à y rejoindre des groupes souterrains non précisés".

Le dossier a été classé, a précisé le FBI dans un communiqué, faute d'avoir trouvé un quelconque élément sur "une activité terroriste, intérieure ou étrangère".

La famille, originaire de la petite communauté tchétchène du Kirghizstan, en Asie centrale musulmane ex-soviétique, des deux jeunes gens avaient émigré aux Etats-Unis après un séjour au Daghestan, une république du Nord-Caucase membre de la fédération de Russie.

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama ont convenu de renforcer la coopération antiterroriste entre les deux pays lors d'un entretien téléphonique consacré à l'attentat de Boston, a annoncé samedi le Kremlin.

"Les deux parties ont mis en avant leur intérêt à renforcer la coopération entre les services spéciaux russes et américains dans la lutte contre le terrorisme international", dit-il sans plus de précisions.

La Russie est particulièrement préoccupée par l'activité des groupes séparatistes islamistes dans le Caucase à l'approche des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, en 2014.

Jean-Loup Fiévet pour le service français