Aung San Suu Kyi, le 24 octobre 2015. - Romeo Gacad - AFP
 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire