BFMTV

Le conseiller diplomatique de Macron retourne en Iran mardi et mercredi pour œuvrer à la "désescalade"

Emmanuel Bonne en compagnie de Nathalie Baudon

Emmanuel Bonne en compagnie de Nathalie Baudon - LUDOVIC MARIN / AFP

La République islamique avait annoncé début mai qu'elle s'affranchirait graduellement des engagements qu'elle avait pris à ce sujet.

Quelques minutes après que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé ce lundi que l'Iran a commencé à enrichir de l'uranium à un degré supérieur à celui autorisé par l'accord conclu en 2015 avec les grandes puissances, l'Elysée a confirmé que le conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, retournerait ce mardi et mercredi à Téhéran pour œuvrer à la "désescalade." 

"Nous sommes dans une phase très critique", commente l'Elysée, "parce qu'il y a un intérêt de part et d'autre à faire monter la pression". 

Ce dernier "se rend à Téhéran pour assembler les éléments d'une désescalade, avec des gestes qui doivent être faits immédiatement avant le 15 juillet", a ajouté la présidence française sans autre précision, après que Téhéran a annoncé produire de l'uranium enrichi à au moins 4,5%, au-delà de la limite autorisée par l'accord de 2015 sur son programme nucléaire.

Sanctions américaines 

Ce jour, "les inspecteurs de l'Agence ont vérifié le 8 juillet que l'Iran enrichit de l'uranium au-delà de 3,67%", a indiqué un porte-parole de l'agence dans un communiqué. Téhéran avait annoncé dans la journée avoir enrichi de l'uranium à au moins 4,5%, en réponse au rétablissement des sanctions américaines.

L'AIEA avait déjà confirmé le 1er juillet que l'Iran avait légèrement dépassé le niveau autorisé de ses stocks d'uranium faiblement enrichi, fixé à 300 kg par ce texte.

La République islamique avait annoncé début mai qu'elle s'affranchirait graduellement des engagements qu'elle avait pris dans cet accord si les autres parties prenantes ne lui permettaient pas de contourner les sanctions américaines qui étouffent son économie.

Hugo Septier avec AFP