BFMTV

"Laissez-moi tranquille!": dans un enregistrement, Melania Trump se plaint d'être assimilée à la politique de son mari

Melania Trump lors d'une distribution de cadeaux de Noël à Washington, le 11 décembre 2018

Melania Trump lors d'une distribution de cadeaux de Noël à Washington, le 11 décembre 2018 - NICHOLAS KAMM / AFP

Jeudi, sur CNN, l'ancienne conseillère de la Première dame des Etats-Unis a diffusé des enregistrements audio datant de l'été 2018 dans lesquels Melania Trump s'agace d'être assimilée à la politique migratoire de son mari.

Un mois après la publication de son livre Melania and me, l'ancienne conseillère principale de la Première dame à la Maison Blanche, Stephanie Winston Wolkoff, a dévoilé jeudi soir sur CNN des enregistrements secrets de ses échanges avec Melania Trump. Datant de l'été 2018, ces discussions évoquent la séparation, vivement critiquée, des familles de migrants orchestrée la même année par le président américain ou encore les préparatifs des fêtes de fin d'année à la Maison Blanche.

"Laissez-moi tranquille!"

"Ils disent que je suis complice. Que je suis comme lui, que je le soutiens. Que je ne m'exprime pas assez, que je ne fais pas assez à mon niveau", commence Melania Trump dans cet enregistrement secret.

"Je travaille comme une dingue sur les trucs de Noël, alors que vous savez que tout le monde s'en fout, de Noël, des décorations. Je leur dis que je travaille sur les préparatifs de Noël et ils me demandent mon avis sur les enfants (de migrants, ndlr) qui ont été séparés de leurs parents", s'emporte la Première dame.

"Laissez-moi tranquille!", lance-t-elle ensuite avant de souligner que Barack Obama n'était pas visé par les mêmes critiques.

Assurant avoir tenté de réunir femmes et enfants, Melania Trump confie qu'elle n'y est pas parvenue et que les familles concernées doivent se plier à la loi.

"On s'occupe bien d'eux là-bas"

Appliquée du 7 mai au 20 juin 2018, la politique de séparation de familles du gouvernement fédéral des Etats-Unis impliquait que tout immigrant adulte, arrivé illégalement sur le territoire américain, soit envoyé dans une prison fédérale avant d'être jugé. Les mineurs étaient quant à eux pris en charge par le département de la Santé et des services sociaux dans des centres dédiés. En six semaines, plus de 2000 enfants avaient été séparés de leurs parents.

L'épouse de Donald Trump vante pourtant dans ces enregistrements la qualité de l'accueil dont bénéficient alors ces jeunes migrants dans les centres américains. "En arrivant, les enfants s'exclament: 'Wow, je vais avoir mon propre lit? J'aurai une armoire pour mes vêtements?'. C'est triste d'entendre ça mais ils n'ont pas tout ça dans leur propre pays, ils dorment par terre", développe-t-elle.

"On s'occupe bien d'eux là-bas. Oui, c'est triste qu'ils ne soient pas avec leurs parents. Mais quand ils arrivent ici seuls ou avec des passeurs ou illégalement, on doit bien faire quelque chose", poursuit Melania Trump qui remet en cause la parole des migrants qui justifient leur arrivée sur le territoire américain par les dangers qui les menacent dans leur pays d'origine.

"Ils pourraient facilement rester au Mexique"

"Ce ne sont pas des professionnels, mais d'autres personnes leur apprennent ce qu'il faut dire pour pouvoir rester ici. Ils pourraient facilement rester au Mexique, mais ils ne veulent pas parce que le Mexique ne prend pas soin d'eux de la même manière que l'Amérique", explique encore la Première dame.

Au lendemain de la publication de ces enregistrements, Stephanie Grisham, qui gère la communication de Melania Trump, a estimé qu'"enregistrer secrètement la Première dame et briser un accord de non-divulgation pour publier un livre salace est une tentative claire d'atteinte à sa légitimité".

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV