BFMTV

La vieillesse, dernière carte des nazis pour échapper à la prison

Le procès de Nuremberg s'est déroulé de 1945 à 1946 contre 24 des principaux responsables du IIIe Reich accusés de complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le procès de Nuremberg s'est déroulé de 1945 à 1946 contre 24 des principaux responsables du IIIe Reich accusés de complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. - AFP

Le tribunal de Hambourg ouvre ce jeudi ses portes au procès d'un ancien gardien de camp de concentration accusé d'avoir contribué à l'exécution de plusieurs milliers de prisonniers juifs. Ces dernières années, l'Allemagne a jugé et condamné plusieurs anciens SS mais jusqu'ici, aucun n'est allé en prison en raison de leur état de santé.

Plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la justice allemande continue de traquer les anciens nazis. Ce jeudi s’ouvre à Hambourg le procès de Bruno Dey, un ex-gardien SS du camp de concentration de Stutthof, accusé d’avoir contribué aux meurtres de 5230 prisonniers juifs entre août 1944 et avril 1945.

Agé de 17 ans à l’époque, Bruno Dey était tenu "d’empêcher la fuite, la révolte ou la libération des prisonniers" condamnés à être exterminés d’une balle dans la nuque ou au Zyklon B, selon les termes de l’accusation rapportés par le journal Die Welt. Dans ce camp où 65.000 personnes ont trouvé la mort, il a été un "rouage de la machinerie meurtrière en toute connaissance de cause", a ajouté le parquet lors de sa mise en accusation au mois d’avril dernier.

Juger "jusqu'au dernier souffle"

Sept décennies plus tard, l’homme de 93 ans doit répondre des actes dont il est accusé.

La nécessité de rendre justice, les Allemands "en ont véritablement pris conscience depuis le procès d’Auschwitz (1947, en Pologne). Ils ont réalisé l’immensité du crime et de l’impératif de juger les nazis jusqu’au dernier souffle", expose à BFMTV.com Serge Klarsfeld.

Ce rescapé de la Gestapo a consacré sa vie, avec son épouse Beate Klarsfeld, à traquer et traîner les criminels du IIIe Reich devant les tribunaux. Une obstination notamment récompensée en 1980 par l’arrestation de Klaus Barbie en Bolivie, puis par son procès à Lyon.

Klaus Barbie, surnommé le "boucher de Lyon", lors de son procès à Lyon en 1987.
Klaus Barbie, surnommé le "boucher de Lyon", lors de son procès à Lyon en 1987. © STF - AFP

Si cet ancien chef de la Gestapo a écopé d’une peine de prison à perpétuité, nombreux sont les criminels de guerre qui ont échappé à la prison en raison de leur mauvais état de santé. Ainsi, Hubert Zafke, un infirmier SS au camp d’Auschwitz, devait être jugé en 2016 pour complicité dans l’extermination de plus de 3000 juifs. Mais la justice a clos les poursuites en raison de "sa démence", l’empêchant de "suivre les audiences, de comprendre la procédure et de se défendre de manière efficace", avait alors expliqué la Cour dans un communiqué.

La même année, Helma Kissner, une opératrice radio dans le camp d’extermination d’Auschwitz, s’est retrouvée devant le tribunal de Kiel, accusée d’avoir participé à l’assassinat d’au moins 260.000 personnes. Mais la Cour a déclaré la nonagénaire inapte à être jugée en raison de sa condition physique. 

Impunité

"Dans de nombreux pays d'Europe de l'Est alliés des nazis comme l'Estonie, la Lettonie ou la Lituanie, pas un seul criminel de guerre ne s’est retrouvé en prison. Pas un seul", tance auprès de BFMTV.com Efraïm Zuroff, directeur du centre Simon Wiesenthal en Israël, dédié à la mémoire de l'Holocauste. 

Selon ce spécialiste mondial de la traque de nazis, "la Lituanie a tout fait pour que ces criminels ne soient pas punis". Il cite notamment le cas de trois collaborateurs lituaniens dont la responsabilité dans l’Holocauste n’a été reconnue que très tardivement et d’une manière "totalement insatisfaisante. Les autorités ont attendu qu’ils soient vieux et malades pour entamer les poursuites. Ils n’ont jamais été contraints à se présenter devant la Cour et ont finalement été déclarés inaptes à purger leurs peines. L’un d’entre eux a même échappé à l’exécution de sa peine car sa femme était malade et qu’il devait s’en occuper. C’est absurde". 

Cet historique laisse entrevoir le sort qui pourrait être réservé à Bruno Dey à l’issue de son procès qui s’ouvre ce jeudi. Le tribunal a déjà annoncé que les audiences seraient restreintes à deux par semaine et à deux heures maximum chacune, en raison de l’état de santé précaire du nonagénaire. "C’est frustrant et extrêmement décevant", réagit Serge Karlsfeld.

Serge Klarsfeld pose devant des photo de centaines de juifs déportés durant la Seconde Guerre mondiale, au mémorial de la Shoah, le 4 décembre 2007.
Serge Klarsfeld pose devant des photo de centaines de juifs déportés durant la Seconde Guerre mondiale, au mémorial de la Shoah, le 4 décembre 2007. © Joël Saget - AFP

Le chasseur de nazis se dit "partagé" sur le traitement judiciaire réservé aux acteurs de l’Holocauste et souligne un écueil dans le fonctionnement des instances germaniques. 

Criminels "primaires"

Il explique ainsi qu’entre les années 1950 et 1970, l’Allemagne s’est concentrée sur les "criminels primaires - ceux qui tuaient de leurs mains en répondant à des ordres venus d’en haut - car la loi prévoyait la réclusion criminelle à perpétuité pour ces crimes. En revanche, les grands criminels, c’est-à-dire ceux qui donnaient les ordres, passaient entre les mailles du filet car ils n’exécutaient pas directement les juifs. Pourtant, c’est bien eux qui ont mis leur intelligence au service du crime".

Depuis, le fonctionnement de la justice germanique a évolué sur ce sujet mais n’est toujours pas en adéquation avec l’idée que s’en fait celui dont le père a été déporté à Auschwitz-Birkenau. "Selon la loi, une personne ayant participé à une organisation criminelle doit être condamnée sauf si elle parvient à prouver qu’elle est innocente. Or, les anciens SS qui sont aujourd’hui jugés ont 90 ou 95 ans et sont incapables de le démontrer, d’autant qu’il reste très peu de témoins encore en vie", explique Serge Klarsfeld. Ce fonctionnement donne un caractère "quasiment automatique et aveugle" à la peine - déjà peu exécutée - et la prive encore un peu plus de sens, juge-t-il. 

Catharsis

"Cette justice n’est pas du tout efficace", déplore Efraïm Zuroff, qui pointe la responsabilité de plusieurs pays, comme l’Ukraine, qui refusent d'entamer des actions en justice contre des collaborateurs nazis. Pour mettre ces criminels face à leurs responsabilités, ce chasseur de nazis a établi en 2016, avec le centre Wiesenthal, une liste dans laquelle figurent les noms d’acteurs de la Shoah encore impunis. Ils sont aujourd’hui au nombre de six. Mais l’historien précise que "dix-sept autres personnes, dont les noms n’ont pas été communiqués, sont accusées d’avoir servi dans les camps de concentration par les autorités allemandes". 

En réalité, "des centaines voire des milliers d’anciens nazis ayant participé au génocide de six millions de juifs sont encore en liberté. Mais face à une telle ampleur, on est incapables de tous les traduire en justice. Aujourd’hui, ce procédé est purement symbolique", estime-t-il. Reste que ces procès servent de catharsis aux survivants de la Shoah, "ils leurs permettent de clore le chapitre de ces atrocités", commente Efraïm Zuroff. "Et ils rappellent aux criminels de guerre que le temps qui passe n’allège en rien leur responsabilité", conclut-il. 

Ambre Lepoivre