Camps de réfugiés à proximité de l'ancienne jungle de Calais (Nord), le 18 février 2019.
 

La Cour européenne des droits de l'homme a également lu des témoignages d'une vingtaine d'autres enfants de la "jungle" qui ont témoigné de "violences sexuelles, violences physiques et de cas de prostitution, de traite et d’exploitation".

Votre opinion

Postez un commentaire