Photo d'Otto Warmbier en Corée du Nord, lors d'une conférence de presse, le 29 février 2016, alors qu'il était encore détenu.
 

Pyongyang a toujours démenti tout acte de torture sur le jeune homme, affirmant qu'il avait contracté le botulisme pendant sa détention, ce qui aurait causé sa mort.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire