000_Hkg2382705.jpg
 

Estimant que les femmes ont plus de chances d'arrêter leur carrière une fois mères, des membres de l'université japonaise ont modifié les notes des candidates afin que les admises ne dépassent pas 30% de l'effectif.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire