BFMTV

Italie: la fonte des glaces libère des reliques de la Première guerre mondiale

Bormio surplombé par le parc naturel du Stelvio

Bormio surplombé par le parc naturel du Stelvio - Miguel MEDINA / AFP

Des chercheurs ont eu accès à une grotte aménagée par les soldats d'alors, qui était jusque-là inaccessible à cause de la neige.

Il s'agit d'une conséquence particulièrement étonnante du réchauffement climatique. À la frontière italo-suisse, au sommet du mont Scorluzzo qui culmine à un peu plus de 3000 mètres, de nombreuses reliques datant de la Première Guerre mondiale ont été retrouvées en raison de la fonte des glaces.

Il faut dire que la zone est chargée d'histoire. Lors du premier conflit mondial, le massif des Alpes a été le théâtre de ce qui a été appelé "la guerre blanche" entre les troupes italiennes et austro-hongroises. À l'image de ce qui se passait dans l'Est de la France, les troupes pouvaient rester immobiles, terrées dans des abris de fortune, pendant parfois de longs mois, entre 1915 et 1918.

"Capsule temporelle"

Récemment, différentes équipes de chercheurs ont pu accéder à une caserne en bois aménagée dans une grotte, souligne le média britannique The Guardian. À partir de 2015, de nombreux objets témoignant du quotidien des soldats présents ont été retrouvés: des lits de paille, des vêtements, des lanternes, des journaux, des cartes postales, des pièces de monnaie, des conserves et des os d'animaux. L'abri avait été refermé à la hâte à la fin du conflit et n'avait jamais depuis été rouvert.

"La caserne est une capsule temporelle de 'la guerre blanche' qui nous aide à comprendre les conditions extrêmes que les soldats ont vécues", a déclaré Stefano Morosini, historien et coordinateur des projets patrimoniaux au parc national du Stelvio, auprès du quotidien.

L'ensemble de l'abri a désormais été fouillé et les biens retrouvés seront exposés dans la ville voisine de Bormio.

Des cadavres retrouvés

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que l'augmentation des températures a permis de retrouver des traces de cette bataille. Alors que de nombreux experts s'accordent à dire que les soldats présents sont pour la plupart morts des conditions extrêmes plutôt qu'en raison des combats, il n'est pas rare de trouver des cadavres de soldats dans les environs, libérés par la neige. The Guardian précise par exemple que l'été passé, les restes d'un homme drapé dans un drapeau italien a été retrouvé dans un massif voisin.

"Un cadavre est retrouvé tous les deux ou trois ans, généralement dans des endroits où il y avait des combats sur le glacier", conclut Marco Ghizzoni, responsable du musée de la guerre blanche à Adamello.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV